Plaisir d’offrir, joie de détruire. La trottinette et la vitre cassée.

Titre alternatif de cet article :

Les trottinettes et la nouvelle économie de la locomotion.

Je vis à la campagne. Et je travaille dans une (petite) ville de province. Autant vous dire que la question des trottinettes dans les grands centres urbains m'est aussi familière que celle de l'équité devant l'impôt pour le couple Balkany. 

L'idée de modes de transports alternatifs, légers, urbains, non-polluants, à moindre coût, partagés et recyclables à l'échelle de la collectivité est une idée contre laquelle il semble difficile d'être contre. Pourtant depuis pas mal de temps déjà s'accumulent dans ma liste de lectures différents articles et déclarations autour des déprédations dont sont victimes ces différents équipements de mobilité partagée (des trottinettes aux scooters, mais quand même surtout les trottinettes). Et je vous avoue que cela me fascine. Ben oui.

D'où peut venir cette envie de casser de la trottinette ? De la rendre inopérante ? De le faire à une échelle qui semble telle qu'elle peut venir remettre en cause la pérennité même du service ? 

Usages déprédatifs.

La question des usages déprédatifs d'un bien ou d'un service censé contribuer à des formes de facilitations collectives n'a rien d'inédit (voir par exemple les actes de "vandalisme" sur Wikipédia) mais elle est le plus souvent cantonnée au régime de l'anecdote ou à celui de l'exception. Dans le cas des trottinettes low-cost, ces usages semblent occuper une part à la fois significative et croissante qui peut atteindre jusqu'à 60% d'un parc comme ce fut le cas aux Etats-Unis pour la société Bird. Déprédation qui s'articule également avec un unanimisme (de circonstance ?) concernant l'image toxique de ce service dans l'opinion et dans le discours politique qui fut pourtant le principal vecteur de l'implantation de ce genre de services au motif de l'ensemble des arguments que l'on lui reproche aujourd'hui : 

Sans parler, de manière plus légère, de l'épineux problème instagrammatique du photo-bombing de trottinettes 🙂

<Nota-Bene> Concernant lesdits "juicers" (voir aussi le sujet de France Info), l'économie des petits boulots et des micro-services (gig economy) n'est que la version post-moderne de la fable de la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le boeuf dans laquelle la première aurait accepté par contrat d'exploser à la fin. </Nota-Bene>

Du coup forcément quand l'une de ces sociétés de trottinettes tente une pseudo-campagne de "responsabilisation" – comprenez "culpabilisation" – des usagers, ben ça ne passe pas :

Lime

Les trottinettes n'ont pas, loin s'en faut, le monopole du sabotage. Pour ne citer que quelques-uns des exemples récents : à Paris on coupe les câbles de frein de scooters électriques de la marque "COUP". Selon la firme seulement 23 scooters sur une flotte de 2000 auraient été ainsi dégradés entraînant la désactivation de l'ensemble de la flotte pendant 3 ou 4 jours.  

Dans un autre genre, les voitures autonomes d'Uber sont également victimes de comportements hostiles des piétons et des autres automobilistes.

Si l'on commence à cerner un peu qui sont les utilisateurs des trottinettes (spoiler : plutôt des hommes, plutôt des urbains, plutôt des riches), on ne sait presque rien en revanche des briseurs de trottinettes ? Qui sont ces nouveaux agents viraux qui propagent la maladie de Lime ? S'agit-il de nouveaux luddites ? Et surtout … pourquoi tant de haine ?

Trottinettes et punks à chiens.

Imaginez, il y a à peine 10 ou 15 ans de cela, que l'on vous ait dit que le prochain candidat à la mairie de Paris ferait notamment campagne pour défendre "une vision ouverte et responsable pour l'avenir des trottinettes et des vélos en libre service". Vous auriez probablement éclaté de rire ou imaginé qu'il s'agissait là d'un pitch du prochain sketch des Monthy Python. Mais non. Mounir Mahjoubi fut ce candidat (avant de se rallier à Cédric Villani). Le même Mounir Mahjoubi qui à l'occasion des manifestations du 1er Mai invitait à ne pas utiliser les trottinettes comme des armes, et qui lançait son appel du 18 Juin à lui, sauf que c'était un premier Juin et pour aller à la rencontre des utilisateurs de trottinettes.  Mais hors la monomanie trottinettesque limite pathologique de l'ex-candidat, la question de la régulation de ces nouveaux modes de transports urbains est devenue un enjeu réel pour le politique. On voit même apparaître les premiers lobbys de la trottinette telle la "Fédération des professionnels de la micro-mobilité".

Car la trottinette électrique low-cost en milieu urbain c'est un peu comme un lien torrent sur le site d'Hadopi : c'est le bololo. Ces trottinettes sont précisément et en l'état non-régulables car elles se positionnent pour l'instant comme autant de "bugs" du grand programme des mobilités urbaines : l'essentiel de leurs usages sont aussi imprévisibles que détournés. On les vole, on y monte dessus à plusieurs, on les utilise sur des espaces qui leurs sont normalement interdits. Du coup les gens les évitent et les pointent du doigt, stigmatisant ici les comportements de tel ou tel utilisateur, maurigénant là les entreprises privées qui autorisent une telle anarchie et accablant les politiques incapables d'y remettre un peu d'ordre. Non vraiment je vous jure, et c'est d'ailleurs bien là leur seul côté sympathique, les trottinettes électriques c'est un peu les punks à chien du 21ème siècle. 

La théorie de la vitre cassée et nouvelle économie de la locomotion.

La littérature sur la question de la délinquance juvénile est foisonnante et elle isole notamment les actes de vandalisme comme suit (je souligne) :

"Les actes de vandalisme s’accroissent [Kube E. et Schuster L., 1985] ; des jeunes détruisent des objets ou des équipements de caractère collectif (moyens de transport, machines à sous, cabines téléphoniques, panneaux de signalisation, saccage de salles publiques) ou des objets facilement destructibles. Ces activités vandales commencent généralement à l’occasion de compétition ludique interindividuelle mais elles peuvent s’orienter vers un vandalisme tactique (en raison des réactions suscitées) et devenir malveillantes, vindicatives ou idéologiques. La déprédation est parfois associée au dépit de ne pouvoir réaliser un vol envisagé. Ces conduites mettent souvent en cause les attributs symboliques, fonctionnels ou technologiques des objets et des équipements collectifs par une altération de leur apparence, un détournement de leur usage, un empêchement d’emploi par leur propriétaire."

Si les déprédations dont sont victimes les trottinettes ne sont pas l'exclusivité de la jeunesse (rien ne permet en tout cas de le documenter, bien au contraire) en revanche "la remise en cause des attributs symboliques, fonctionnels ou technologiques des objets et des équipements collectifs" semble pouvoir fonctionner comme un trait commun inter-générationnel, au point de devenir une forme de mème (mème notamment documenté par le compte Instagram Birdgraveyard).

D'autant que les "jeunes" font preuve d'une aisance toute particulière dans des formes assez inédites de détournement comme est venu magnifiquement le démontrer l'histoire récente de ces bandes de collégiens collectant sur des forums IRC des numéros de carte bleues volées en Floride pour s'en servir pour payer l'utilisation de trottinettes électriques. Histoire qui relève à la fois du Kamoulox et de la caractérisation presque parfaite de cette nouvelle économie de la locomotion dans laquelle tout est certes possible mais où tout est essentiellement improbable.

Mais revenons à nos déprédations. L'explication des phénomènes de casse ou de déprédations diverses dont sont victimes ces innocentes trottinettes et autres vélos ou scooters se trouve probablement du côté de la théorie dite de la vitre cassée (Broken Windows) développée par J.Q. Wilson et G. Kelling aux Etats-Unis dans les années 1980 (et que j'ai découverte grâce à l'article de Sébastien Roché : "La théorie de la 'vitre cassée' en France : incivilités et désordre public").

Bw
Bw
Je réécris : "dans le cas où une vitre brisée n'est pas remplacée, toutes les autres vitres connaîtront bientôt le même sort. Dès que se multiplient des signes d'abandon, le vandalisme se manifeste, suivi de comportements de vols et d'agressions."

Window-1874622_960_720

Après être revenu sur la définition – toujours complexe – de ce qui caractérise une "incivilité" au regard de la limite avec ce que l'on qualifie de "délit", l'article de Sébastien Roché propose le diagramme suivant : 

Bw3Et d'expliquer : 

Bw4
Bw4

 Là encore je recopie (et souligne) le passage qui m'intéresse :

"Avec 'l'ordre public' c'est un 'monde commun' qui est pratiquement livré aux regards de tous ceux qui sont amenés à le vitre ou le traverser et se voit questionné. Il s'y joue l'image d'une collectivité interpersonnelle minimum. Les incivilités rendent présente l'idée d'un espace public partageable qui disparaît à l'horizon. L'altération des apparences normales provoque sans doute une augmentation de l'incertitude de la vie sociale, tout au moins dans le déroulement des interactions quotidiennes. (…) Si le meurtre fait douter de l'idée d'humanité, si le vol compromet la réciprocité donc l'échange social, disons que les incivilités font simplement soupçonner que l'idée de collectivité dans un lieu donné s'est affaissée."

Choisir entre communs et commodités.

Le très court historique dont nous disposons pour étudier la dégradation de ces services, peut laisser supposer qu'un effet de lissage va se produire pour ramener ces déprédations à une marginalité acceptable, "nettoyant" également le marché et permettant quelques entreprises leader de faire le dos rond si elles disposent d'une trésorerie suffisante pour se le permettre. Mais on peut également profiter du constat des déprédations actuelles pour interroger notre propre rapport au communs et aux commodités. 

La plupart des services et applications de l'économie numérique (payants ou gratuits – financés par la pub) se fondent sur une logique de "commodité" qui vise à multiplier les accès (auxdits services) en ciblant des effets de massification comme autant de garanties d'un rachat (pas un plus gros service) ou d'une rente (en empêchant d'autres services équivalents de se développer). Des "commodités" qui ne sont d'ailleurs souvent que le prétexte d'un modèle économique dont le coeur est la régie publicitaire ("Search is a commodity. Ad serving is the business").

En tant que "systèmes", c'est à dire conjonction de matérialités et d'intentionnalités, ces services et applications ne sont pas à la recherche d'un effet d'équilibre (homéostasie ou résilience) mais tout au contraire d'une méta-stabilité, comme la course d'un corps tentant d'accélérer sa vitesse jusqu'à l'effondrement et profitant de l'inertie de sa chute un temps repoussée pour l'emporter sur la concurrence. 

Hqdefault
Plutôt que comme des commodités, si nous parvenions à organiser les néo-mobilités urbaines comme autant de communs, c'est à dire de ressources non simplement partagées dans l'usage au risque de leur multiplication superfétatoire mais gérées et maintenues collectivement, alors il (me) semble que nous aurions fait un pas de géant pour limiter les symptômes de vitres brisées et permettre de redessiner "l'idée d'un espace public partageable" en luttant contre "l'affaissement de l'idée même de collectivité". Et que "la visibilité sociale de ces désordres" pourrait être l'opportunité d'en penser la fonction plutôt que d'en stigmatiser le résultat. 

Trottinettes et rivalités.

Il existe en économie une distinction fondamentale entre ce que l'on nomme les biens rivaux et non-rivaux. Et cette distinction est incontournable dès lors que l'on réfléchit au numérique. Comme rappelé dans Wikipédia : "La rivalité est une propriété d'un bien dont la consommation par un agent diminue la quantité de bien disponible pour les autres agents." Une baguette de pain est un bien rival. Plus je la partage avec d'autres et moins il m'en reste. Alors qu'une "connaissance" ou par exemple un morceau de musique en mp3 est un bien non-rival. Je peux le partager à l'infini sans en être privé moi-même. Dans les deux cas, on peut avoir à faire à des "passagers clandestins" qui profitent d'un bien sans jamais eux-mêmes acquitter leur juste part ou sans payer un droit d'usage lorsqu'il existe. 

Quel est le rapport avec nos trottinettes ? J'y viens 🙂

Les trottinettes entretiennent un paradoxe entre bien rival et non-rival : biens "rivaux" car elles ne sont pas en nombre illimité et que le temps d'utilisation de l'une empiète sur le temps de partage de l'autre, mais d'une certaine manière également biens "non-rivaux" car le temps de partage de l'une n'empêche pas "suffisamment" le temps d'utilisation de l'autre.

Un certain nombre de personnes hésiteront moins à dégrader ou à sur-utiliser un bien non-rival plutôt qu'un bien rival car l'irréversibilité perçue de la dégradation ou de la sur-utilisation n'est pas la même. A l'échelle de la Gig Economie et de la perte de valeur qu'elle occasionne tant sur les biens que sur les services et hélas sur les êtres, les biens, y compris matériels, qui sont partagés à une échelle collective sans avoir pris le temps de penser et de structurer les communautés et les espaces nécessaires à l'appropriation de ce partage, ces biens voient leur valeur symbolique s'effondrer en raison, notamment, d'un phénomène que j'avais nommé "l'acopie" vue comme :

"(…) la mystification visant à abolir, au travers d'un transfert des opérations de stockage et d'hébergement liées à la dématérialisation d'un bien, la possibilité de la jouissance dudit bien et ce dans son caractère transmissible, en en abolissant toute possibilité d'utilisation ou de réutilisation réellement privative.

S'il est bien sûr difficile de parler de "dématérialisation" dans le cas de trottinettes, la démultiplication de ces dernières et la logique low-cost du service vient en effet abolir l'idée d'une utilisation réellement privative et renforce la tentation d'une forme de "piratage" dans l'usage pouvant se traduire par la dégradation de la matérialité de l'objet.

A terme et pour la plupart des usagers comme des observateurs extérieurs, on ne distingue plus leur valeur réelle dans l'usage qu'elles sont supposées permettre (se déplacer plus facilement, moins coûteusement et de manière moins polluante) et on se concentre donc uniquement sur l'effondrement de la valeur symbolique que représentent ces objets low-cost dont la multiplication signe l'hypocrisie depuis leurs moyens de production jusqu'à leur logique de déploiement. 

L'actuelle gabegie des trottinettes de la nouvelle économie de la locomotion nous rappelle que les questions de mobilité urbaine, comme tant d'autres, foirent et génèrent systématiquement de la disqualification salariale, matérielle et symbolique à chaque fois qu'elles ne sont mises en place qu'à l'aune des effets d'aubaine des règles du marché et sans jamais vouloir prendre en compte la nécessité d'une réflexion collective sur les logiques d'appropriation permises par ces nouvelles mobilités.

Bonus Track.

Quand on partait de bon matin
Quand on partait en centre urbain
A trottinette
 
Nous étions quelques cadres sup
Y avait aussi des jeunes dupes, 
Y avait Francis et Sébastien 
Et puis Paulette
 
On était tous amoureux d'elle
On se sentait pousser des ailes
A trottinette
 
Sur les petits trottoirs étroits
Les piétons vivaient un enfer
Pour ne pas se prendre plein fer
Nos trottinettes
 
Faut dire qu'elle y mettait du coeur
C'était la fille d'un startuppeur
A trottinette
 
Et depuis qu'elle avait huit ans
Elle avait fait en le suivant
Tous les chemins environnants
A trottinette
 
Quand on approchait du boulot
On déposait devant l'métro
Nos trottinettes
 
Puis on pensait qu'un pauv' Juicer 
En Free-Floating dans le quart d'heur'
Allait les r'mettre à d'aut' users, 
Nos trottinettes
 
Quand submergés par ces objets, 
Mal produits mal distribués, 
Nos trottinettes
 
On voulait tout' les fair' tomber 
Le coeur un peu vague pourtant
De n'être pas seul un instant
Le seul à l'faire
 
Prendre furtiv'ment la poignée
La balancer sur la chaussée
La trottinette
 
On se disait c'est pas bien grave
Y'en a trop et puis ça soulage
Et on retournait au turbin
A trottinette
 

3 commentaires pour “Plaisir d’offrir, joie de détruire. La trottinette et la vitre cassée.

  1. La broken window theory, disons que ça a très mal vieilli.
    Si vous avez l’occasion de continuer vos lectures sur ce sujet vous trouverez plein d’amabilités sur l’absence de résultats tangibles, le détournement à des fins racistes, des polémiques avec le chercheur qui s’estime instrumentalisé, pattin, couffin.

  2. Oui en effet j’ai vu cela en continuant mes lectures après publication de mon article. Reste que c’est moins la théorie en elle-même (et ses détournements ou dérives) qui m’intéresse que le fait qu’elle permette de mettre un nom sur des logiques de déprédation qui se situent, vous avez raison, en dehors du cadre sociologique parfois très “orienté” ou en tout cas très “récupéré” de la théorie de Wilson et Kelling

  3. BONJOUR … et
    PETIT CLIN d’OEIL
    “Une baguette de pain est un bien rival. Plus je la partage avec d’autres et moins il m’en reste. Alors qu’une “connaissance” ou par exemple un morceau de musique en mp3 est un bien non-rival.”
    Oui mais…
    une baguette partagée peut devenir magique..
    Plaisir du partage, ou .. nécessité du partage ?
    Je viens de lire : “la nouvelle lutte des classes”
    slavoj zizek

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut