Qand les pairs plagient, le plagiat ne se pair pas.

A signaler un dossier paru dans le numéro 9 de Juin 2006 des "Cahiers de psychologie politique", dossier concernant "L’évaluation de la production scientifique". TIens, intéressant me dis-je. Surtout à la lecture du titre de cet article de Heather Morisson intitulé "Faut-il tuer le pair ?" Ce qui n’est pas sans vaguement me rappeler quelque chose … mais quoi … ah bé oui, suis-je bête, il s’agit là d’un copier-coller scientifiquement très rigoureux … d’un billet de votre serviteur, paru sur ce blog le 13 Avril 2006 à 15h54 précisément.
J’en suis d’autant plus étonné qu’Heather Morrison, chercheuse en astronomie bibliothécaire, est par ailleurs l’auteur de conférences intéressantes sur la question. A moins qu’elle ne soit compulsivement plagiaire :-((
En même temps cela fait toujours plaisir de voir qu’un billet de blog écrit (comme les autres) un peu à la va vite et en tout cas dans un contexte d’écriture radicalement différent de celui d’un article scientifique, qu’un billet de blog donc, peut se retrouver ainsi recopié dans une (mauvaise) revue scientifique 😉
Dans le même genre, lors d’une récente visite dans un labo, un jeune et brillant doctorant venait de s’apercevoir que l’un de ses articles initialement paru dans le BBF, avait été presqu’entièrement plagié par, accrochez-vous, une inspectrice de l’éducation nationale (si, si), pour une revue idoine. Véhémente mais nonobstant courtoise contestation s’ensuivit, laquelle contestation entraîna la remise en place des guillemets et références promptement oubliés …
Comme je n’ai ni le temps ni l’envie de me lancer à mon tour dans de véhémentes contestations, j’espère qu’Heather Morisson lira ce billet et qu’elle rectifiera d’elle-même auprès de la revue.
En attendant, vivement l’annonce du nouveau gouvernement que l’on puisse directement s’adresser au ministère de la délation sociale 🙁

11 commentaires pour “Qand les pairs plagient, le plagiat ne se pair pas.

  1. Complètement ahurissant ! C’est en effet à la virgule près le texte de votre billet. Je pense qu’une lettre (ou au moins un email) au Directeur de cette revue s’impose.

  2. C’est vrai, au nom de tous les blogueurs, tu ne peux pas laisser faire cela sans rien dire : ce serait un terrible désavoeu de nos droits (moraux) de propriété intellectuelle, qui existent même si nous écrivons dans notre salon, sommes anonymes (ce qui n’est même pas ton cas) et sous licence CC.

  3. J’abonde dans le même sens : si nous ne défendons pas les droits moraux des auteurs, face aux comportements d’autres universitaires de surcroît, alors comment ensuite enseigner à de jeunes étudiants la nécessaire citation des sources et le respect de la paternité d’une “oeuvre” (au sens juridique du terme) ?
    J’y suis particulièrement sensible car je forme des étudiants à l’usage (au bon usage…) de l’information scientifique et technique.

  4. A chacun son tour, on dirait.
    Je pense que certains doivent penser que nos écrits sont comme ceux de wikipédia, on peut les reprendre et les modifier.
    C’est le succès de l'”influence” d’affordance et le retour à d’anciennes pratiques proches de celles des “lieux communs”, ces recueils de citation réalisés par les étudiants qui constituent un nouveau texte.
    La question de l’auteur est donc toujours cruciale.

  5. Bonjour Olivier,
    Amusant. Tu pourrais aussi suggérer à la contrevenante la lecture de ce site de l’Université de Montréal :
    http://www.integrite.umontreal.ca/
    Mais c’est aussi la rançon de la gloire et un hommage paradoxal à la qualité inégalable de ton travail. Je crois que tu as la bonne attitude. Invoquer le droit moral pour les bloggueurs est sans doute juridiquement correct, mais n’est-ce pas nous pousser un peu du col ? Nous ne faisons qu’envoyer quelques bouteilles à la mer. Que certains se les approprient sans vergogne doit être moqué.. et comptons sur le buzz pour que les contrevenants soient couverts de goudron et de plumes.

  6. Tout le monde> Je crois que je vais en rester sur le registre de la moquerie (pour l’instant). J’ai fait parvenir un mail légèrement sarcastique à Miss Morrisson ainsi qu’au resposable éditorial de la revue en question. Je vous tiens au courant de leur réaction 🙂 J’avoue que ma position confortable (cf point suivant) m’autorise à la fois du recul et de l’amusement face à ce genre de pratique.
    Andras, Manue, Yves> ma réaction aurait été différente et probablement moins amusée si j’étais dans la situation d’un jeune chercheur doctorant ou en attente de poste, et/ou si cela avait concerné un “authentique” article scientifique.
    OLD> le problème c’est que l’accusée plagiaire n’est pas étudiante mais bibliothécaire :-(( Mais ta remarque est juste : il y a la derrière le signe d’un terrain à inverstir en terme de culture informationnelle … mais je sais que je prêche un convaincu 😉
    Attendons donc la réponse à mon mail pour faire monter la bronca numérique virale 😉

  7. Il faut dire que la “revue” est vraiment très faible… cela doit poser des questions à la CNU de psychologie (cela n’excuse rien). Par ailleurs, c’est aussi selon moi symptomatique de la pseudo-notoriété que l’on peut acquérir sur le web avec un blog au titre attrayant et deux trois jeux de transparents sans être du tout un professionnel de la recherche. Je ne pense pas que H.M. ait un PhD et elle n’est peut-être tout simplement pas au courant du fonctionnement des publications scientifiques !!! J’ai vu d’excellents collègues citer dans leur transparents à coté de “vrais chercheurs” de piteux consultants qui avaient pignon sur Web… (je ne dénoncerai personne 😉 [il existe aussi d’excellents consultants mais le métier n’est pas le même]. La confusions entre recherche, consulting, marketing, journalisme (via des magazines ou des blogs), s’est plutôt accrue avec la blogosphère. C’est une préoccupation permanente que nous avons dans la formation doctorale (cf. le lien de JMS).
    Amicalement, Manuel

  8. Je crois que c’est bien joué de ta part Olivier : une pression de la part de la communauté avec un peu de ton côté fera l’affaire ! Des pratiques comme celle là, y’en a beaucoup mais peu sont dévoilées !
    Attendons donc de voir leur riposte !

  9. Manuel> “Il faut dire que la “revue” est vraiment très faible” … J’avoue ne pas avoir été vérifier la qualité générale des articles publiés, mais ce qui me semble hallucinant c’est que le billet recopié est écrit dans un style familier, utilise des onomatopées typographiques (ex : “loooooong”) et qu’en tout état de cause il n’a raisonnablement pas pu passer un quelconque filtre éditorial, alors que la dite revue affiche ostensiblement nombre de comités de lecture et autres comités d’experts … Sa seule caution “scientifique” (à mon billet initial) résidant par ailleurs dans les quelques éléments bibliographiques que j’avais listé à la fin dudit billet … ça m’apprendra à mettre des bibliographies sur un billet de blog 🙁
    Concernant les “excellents collègues” et les “piteux consultants”, je transmets à l’intéressé ;-).
    Au fait Manuel, tu l’ouvres quand ton blog ? :-)))))

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut