La maison du nègre. Google Maps Bombing

On savait le "Google Bombing" désormais quasiment impraticable car sous surveillance étroite***. Or voici que cette pratique de détournement algorithmique (dans la grande famille de l'obfuscation ou celle de l'art du détournement) semble se déplacer et s'installer – le temps d'être à son tour repérée et vérouillée – du côté des cartes en général et de Google Maps en particulier.

*** Sur le sujet voir – notamment – les 3 articles suivants de votre serviteur :

La maison du nègre.

Là où donc le 1er Google Bombing "historique" associait l'expression "miserable failure" à la biographie officielle de Georges W. Bush sur le site de la Maison Blanche, le Washington Post révèle que c'est désormais sur Google Maps que des requêtes – à caractère ouvertement raciste – comme "nigga king" "nigga house" ou "nigger house" ou bien encore "prostitution house" pointent vers l'emplacement de la Maison Blanche.

Google-maps-nigga-house

La carte a(l)tterrée.

L'expérience aidant, Google n'a cette fois-ci pas plaidé l'alibi algorithmique et s'est rapidement et officiellement excusé en promettant de corriger illico ce détournement il est vrai peu glorieux et insultant à l'aide d'une mise à jour de son algorithme, renvoyant d'ailleurs à un billet publié en Janvier 2007 dans lequel il expliquait pourquoi il ne corrigeait pas "à la main" ces détournement algorithmiques.

Géo-bombing.

Premier enseignement à tirer de cette affaire : il est "logique" que ces pratiques de détournement, aujourd'hui extrêmement circonscrites et contrôlées dans le cadre des résultats des moteurs de recherche, se tournent naturellement vers ce qui représente aujourd'hui l'une des modalités principales de notre présence numérique, c'est à dire la géolocalisation et les cartes correspondantes.

Errare algorithmicum est. Sed perseverare humanum est.

Deuxième enseignement : nous sommes, tant sur le plan "philosophique" que sur le plan "marketing" sortis de l'ère durant laquelle les moteurs de recherche plaidaient l'innocence au regard d'une neutralité algorithmique. Cette "sortie" coïncide bien sûr avec l'arrivée dans la sphère du débat public des problématiques de "gouvernance" ou de "politique" algorithmique. Quand il devient possible de faire en sorte que "crétin pathétique" pointe vers la bio officielle du président des Etats-Unis, quand "trou du cul" renvoie vers la bio de Nicolas Sarkozy sur le site de l'Elysée, quand la maison blanche est géolocalisable par la requête "maison du nègre", il n'y a pas d'innocence algorithmique qui tienne : on s'excuse, on corrige à la main et on indique qu'on va faire une mise à jour algorithmique pour éviter que cela ne se reproduise (et si la mise à jour algorithmique ne marche pas on continuera pendant un certain temps de surveiller et de modifier les résultats à la main, just in case …)

Next Bomb Please.

Troisième enseignement : après les pages de résultats de recherche et les cartes, sur quoi portera le prochain Google Bombing ? La recherche (le "search"), la localisation (le "find"), c'est fait, c'est bombé, c'est dynamité. What's Next ?

Du lol aux larmes.

Quatrième enseignement : faut-il s'amuser ou s'alarmer de ces phénomènes de "détournement algorithmique" ? Et leur lente disparition – ou leur mise en oeuvre de plus en plus délicate – doit-elle à son tour nous réjouir ou nous alarmer ?

Deux phénomènes sont ici convergents : d'une part il y a de moins en moins de données à "bomber", à dynamiter. Il y en a de moins en moins parce que nous utilisons de plus en plus des services "personnalisés" ou des applications "personnelles" sur nos smartphones. Il y en a de moins en moins car, dans le cadre des pages de résultats, les résultats affichés sont eux-mêmes ultra-personnalisés et donc extrêmement variables d'un utilisateur à un autre, rendant du même coup le Google Bombing presque inopérant dans sa finalité et annulant l'expérience ludique à grande échelle qu'il est supposé présenter (la plupart du temps en tout cas, pas naturellement quand il s'agit d'un détournement raciste). Mais d'autre part, les données pouvant être "dynamitées" sont de plus en plus sensibles, de plus en plus "vitales" au sens propre du terme.

Bomber les objets.

Imaginez un Google Bombing à l'ère de l'internet des objets, à l'ère des "Wearables", un Google Bombing ayant pour cible une application de santé connectée, ou, pour prendre un exemple dont on parle beaucoup ces temps-ci – l'arrivée des voitures sans chauffeur – imaginez, disais-je, un Google Bombing qui conduise automatiquement devant la maison-blanche tous les véhicules dont les propriétaires sont à la recherche de prostituées, ou devant des maisons-closes et des night-club sexy tous les véhicules à la recherche de la maison-blanche.

Et que dire d'un Google Bombing ayant pour cadre et pour cible le web "physique" ? Les projets des GAFA dans ce secteur (Google Physical Web), Apple et iBeacon …) visant à attribuer à chaque objet connecté une adresse physique ou à connecter entre eux différents terminaux pourraient-ils à leur tour être "bombés", dynamités ? Quelles en seraient alors les conséquences ?

Et que pourrait donner un "AirB'B Bombing" ? Imaginez que votre appartement avec vue sur le parking du stade de France soit décrit comme un appartement avec vue sur la seine ? Ou que le magasin d'antiquité en bas de votre immeuble se transforme en sex-shop ? 

Et si les données du web du génome pouvaient à leur tour être "bombées" ?

Les hommes ne naissent pas tous égaux en droit devant le Google Bombing.

La marchandisation, la valorisation, les différentes logiques de spéculation autour des données dans leur ensemble et des données personnelles en particulier, mais également la "physicalité" du web rendue possible par l'internet des objets, tout cela rend ces pratiques de détournement algorithmique beaucoup plus tentantes mais également beaucoup plus dangereuses. D'autant que lorsque c'est le président d'un pays qui en est victime, il n'a aucun mal à faire valoir son "droit à l'oubli" ou à faire en sorte que l'erreur soit promptement rectifiée. Mais pour un individu "lambda" ? Si "vous" êtes le trou du cul ou le sombre crétin ? Si "votre" maison devient la maison du nègre ? Vous me direz que le pourcentage de chances pour qu'un nombre suffisant d'internautes décident de faire de vous la cible d'un Google Bombing est inversement proportionnel à votre notoriété planétaire. Et vous aurez – partiellement – raison.

Car oui, et fort heureusement, ces pratiques de détournement algorithmique à grande échelle – ou sur les cibles "évidentes" que sont les personnalités publiques – relèvent de l'exception et non de la règle. Et elles occupent l'espace médiatique au même titre et dans les mêmes proportions que la chronique des trains qui déraillent au regard de ceux qui arrivent sans encombre à bon port.

Mais, pour autant, elles posent des questions de régulation et de transparence algorithmique que leur régime d'exceptionnalité ne doit en aucun cas occulter et dont il faut nous (re)saisir. Car probablement bien plus que le "vol" de données, c'est leur détournement, indépendamment des fins auxquelles il sera commis, qui constitue aujourd'hui le principal risque et le principal symptôme de notre data-dépendance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut