Bienvenue dans le monde de la data-culpabilité et des BehaveTech

L'idée est assez simple. Une plante enfermée dans une sorte de mini-serre connectée qui a pour fonction de lui fournir de la lumière et de l'eau. Et vous et votre smartphone connecté à la mini-serre. Si vous faites suffisamment de sport chaque jour, la plante aura droit à sa ration d'eau et de lumière. Le cas échéant, elle mourra. Votre non-activité tuera la plante. Vous la laisserez mourir. 

Comme d'habitude.

Le truc s'appelle "Phabit". Contraction probable de "Plant" et de "Habit" c'est donc une application qui fait mourir une plante si vous ne respectez pas le programme d'entraînement physique que vous vous êtes fixé (ou que votre "coach" applicatif vous aura assigné). Mais ce programme d'entraînement physique peut aussi être remplacé par d'autres "habits", d'autres habitudes à faire évoluer : votre nombre d'heures de sommeil ou votre régime alimentaire. Dans ces deux cas également, si vous n'atteignez pas vos objectifs, la plante mourra. 

Phabit-jen-hsien-chiu-design-graduate_dezeen_2364_col_2

A gauche une plante avec un propriétaire qui respecte le programme fixé, à droite la plante morte d'une grosse feignasse.

Ce n'est bien sûr pas la première fois que notre comportement à une incidence sur un environnement numérique, et réciproquement d'ailleurs. La première fois qu'un comportement physique a eu pouvoir de vie et de mort sur un artefact numérique c'était il y a plus de 20 ans, en 1996 lors de la sortie des Tamagotchis

Tamagotchi

Rien d'étonnant ni de nouveau non plus à ce que le marketing, la science de la manipulation des affects et des émotions, joue sur la fibre de la culpabilisation. Culpabiliser le consommateur est l'un des plus vieux leviers des industries de l'influence et de la publicité.

Mais avec Phabit c'est à ma connaissance la première fois que l'on parle de tuer sciemment un être, certes végétal mais néanmoins vivant. Il ne s'agit plus, comme dans la publicité ci-dessous, et comme des années de "quantified-self" nous y ont habitué, de gagner des points ou une quelconque récompense, mais … de ne pas laisser mourir. 

Recompense

Le créateur même de l'application en rajoute d'ailleurs une couche en indiquant :

"[qu’]un être vivant aurait été trop agressif pour la plupart des gens, qui se seraient sentis trop coupables en cas d’échec."

Et quand le journaliste lui rétorque que les plantes sont tout de même des organismes vivants, sa réponse est la suivante

"C’est intéressant : les Hommes considèrent les plantes comme étant à mi-chemin entre un objet et un être vivant. Mais après avoir vécu avec la plante sur une certaine période, les utilisateurs viennent à la considérer comme un animal domestique."  

Alors bien sûr l'objectif n'est pas de faire mourir la plante mais plutôt de lui permettre de croître et de s'épanouir. Mais même en laissant de côté les utilisations stéréotypiques qui font que chaque nouvelle technologie verra nécessairement naître des usages – minoritaires – allant à l'encontre des usages standards ou prescrits, même en laissant de côté donc les petits malins qui "s'amuseront" à faire mourir des plantes "juste pour voir" ou "just for fun", il n'en reste pas moins que cette application franchit un cap dans ce qui relève d'une sorte d'échelle de morbidité numérique qui ne dépareillerait pas dans un scénario de la série Black Mirror : aujourd'hui une plante, et demain … ?

Heureusement, Phabit n'existe pas (encore).

Vous avez eu peur hein ? Et bien continuez. Parce que certes Phabit n'est pas disponible sur un Store. Certes il ne s'agit "que" du projet de fin d'étude de Jen-Hsien Chiu, un – brillant – étudiant du Royal College of Art de Londres, département "Innovation Design Engineering". Mais quelque chose me dit que l'avenir numérique sera rempli de Phabit-like. Et qu'il vaut donc mieux se poser certaines questions dès maintenant. 

Ce qu'incarne et que représente très bien Phabit, c'est l'avènement programmé d'un comportementalisme numérique érigé en système. Un projet de société de contrôle déjà très bien décrit par Foucault. Un cran au-dessus du "simple" capitalisme de la surveillance. Les données ne sont plus simplement captées, elles ne servent plus simplement à mesurer, elles n'induisent plus simplement certains types de comportements mais elles produisent des comportements. "They Farm Us for the data" comme le titrait magnifiquement un édito du Guardian paru en Juin.

Ce comportementalisme, c'est la suite somme toute assez logique de ce que j'essayais d'englober dans le terme "d'économie de l'occupation" ayant elle-même succédé à une économie de l'attention. Il importe que nous soyons en permanence occupés pour mieux répondre aux sollicitations marchandes et publicitaires et pour mieux permettre de les affiner. Et quel meilleur moyen de nous occuper, quel meilleur moyen pour fixer cette occupation que de nous demander de nous occuper de quelqu'un ou de quelque chose, fut-ce, pour l'instant, d'une plante. C'est cela que raconte l'idée géniale (et flippante) de Jen-Hsien Chiu et de Phabit.

L'économie de l'attention a presqu'achevé la conquête de notre temps de cerveau disponible ; l'économie de l'occupation part donc à l'assaut de notre corporéité, un corps qu'il s'agit de "piloter" et d'orienter comme les mêmes industries sont parfaitement arrivées à piloter et à orienter notre esprit, notre attention. 

Incidemment, et grâce à la remarquable enquête de Numérama au sujet de la société qui permet de traquer 10 millions de français en temps réel, on va probablement pas mal reparler du "drive to store" et de la manière dont nos données peuvent être utilisées de manière presque littéralement pavlovienne par des annonceurs. "Drive to store". Nous amener dans le magasin. Ce vieux rêve qui est celui de transformer un comportement en une habitude, de transformer une réflexion en un simple réflexe. Un cycle dans lequel la "data-culpabilisation" jouera un rôle déterminant et fondamentalement comportementaliste. 

La toute puissante BehaveTech

Bien au-delà de la FrenchTech et autres MoralTech, FinTech, EdTech, MedTech, LegalTech, SexTech … ce sont les BehaveTech, les technologies "comportementalistes", qui façonnent l'économie numérique qui, à son tour, façonnera la politique du monde numérique.

Il y a quelques années de cela, en 2006, Tim Berners Lee, fondateur du web, appelait de ses voeux la construction d'une "science du web" interdisciplinaire qui nous permettrait de mieux comprendre les environnements numériques que nous créons. Il s'agissait

"de modéliser la structure du Web, d'articuler les principes architecturaux qui ont nourri son phénoménal essor et de découvrir comment les interactions humaines en ligne sont déterminées par les conventions sociales en même temps qu’elles les modifient. Il s’agit aussi de dégager les principes susceptibles de garantir la croissance de la Toile, de régler des questions complexes telles que la protection de la vie privée et les droits de propriété intellectuelle."

Dix ans plus tard et à côté de cette science du web encore trop confinée dans quelques cercles académiques, une petite dizaine de groupes industriels mondiaux ont inventé une nouvelle forme de behaviorisme numérique, l'ont élevée au rang de science de la prédiction et la testent quotidiennement sur les cobayes que nous sommes. "They Farm Us for the data" une nouvelle fois. Une sorte de thérapie comportementale englobant, pour chaque plateforme, jusqu'à des centaines de millions de destins individuels, et qui peut s'appuyer :  

  1. sur le côté déjà éminemment prévisible de la plupart de nos comportements (habitus)
  2. sur le fait que nous sommes à la fois notre propre malade imaginaire et notre propre médecin malgré lui
  3. et sur les nouvelles formes d'auto-censure qu'impose paradoxalement le numérique qui, en multipliant les incitations discursives textuelles ou imagées, les inscrit en même temps dans des univers de discours hyper-saturés (auto-censure dont le dernier buzzword à la mode rend très bien compte en parlant de "Social Cooling", "refroidissement social"). 

Dit plus simplement : 

  1. nous sommes prévisibles
  2. nous adorons l'être tout en nous racontant que nous ne le sommes pas ou en ayant l'impression que nous pouvons facilement nous affranchir de cette prévisibilité
  3. les normes sociales que (re)produit le numérique sont suffisamment fortes pour ne pas – trop – nous faire sortir des chemins balisés

Si l'on y ajoute les immenses quantités de données que nous leur livrons aussi bénévolement que quotidiennement, les BehaveTech n'ont donc finalement pas grand mérite à être ainsi capable d'orienter nos choix et nos comportements. Et encore une fois, tant qu'il ne s'agit que de nous pousser à la consommation … Mais le marketing n'est que la (petite) partie visible des industries de l'influence. 

Et le comportementalisme (ou behaviorisme) numérique dispose d'horizons autrement problématiques. La politique en est un. Le médical en est un autre. On apprenait justement il y a quelques jours que Google renverrait désormais automatiquement quiconque taperait le terme "dépression" sur le test dit PHQ-9 pour vous inciter, si nécessaire, à consulter un spécialiste. 

Depression

Les 9 questions du test PHQ-9 pour diagnostiquer des dépressions sévères.

Naturellement et comme souvent, il s'agit, en première intention … d'une bonne intention. Pour le responsable de la "National Alliance on Mental Illness" qui s'exprime sur le blog de Google, plus de 50% des patients atteints de dépression ne sont pas diagnostiqués. Les renvoyer sur le test PHQ-9 suite à la saisie du terme dépression sur Google pourrait donc permettre d'améliorer cette prise en charge. Pourquoi pas.

Sauf que.

Sauf que bien sûr ce n'est pas la première fois que les grandes firmes de l'économie du web travaillent à lutter contre la dépression ou même contre le suicide, et qu'une plateforme privée ne vaudra jamais une politique publique, pas davantage que la première ne permettra de compenser l'absence de moyens accordés à la seconde.    

Sauf qu'il y a aussi quelque chose de paradoxal à venir détecter des tendances dépressives sur des plateformes dont nombre d'études (ici et surtout notamment) montrent que leur usage peut justement être fortement corrélé à des formes de dépression, une corrélation qui vire parfois à la causalité pure et simple. 

Et de toutes les façons, dans un monde où les industries de l'influence et de la publicité sont en capacité de manipuler l'ensemble des leviers de notre spectre sentimental, il n'est pas sain que la détection de la dépression (ou tout autre traitement relevant de la psychiatrie) soit contraint de passer par le filtre et l'intermédiaire de Google, et ce même au nom des plus nobles intentions.

D'autant qu'en parallèle et en France, les derniers projets de psychiatrisation de la société de la momie qui fait office de ministre de l'intérieur relèvent au pire d'un projet fasciste et suffisent, au mieux, à dire l'insondable bêtise d'un projet politique qui n'attend que de s'incarner dans une application ou de s'appuyer sur un champion numérique d'un déjà très actuel PDDPS (= Putain de Data-Driven Projet de Société).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut