De la colère et de la rage. Et quoi d’autre ?

En mois de 24h trois ministres ont franchi presque simultanément les bornes d'une indignité dont on pensait pourtant que les limites avaient déjà été placées sur orbite. Et j'avoue que je ne sais plus comment éprouver autre chose que de la colère et de la rage face à cela, face à ceux-là. Et avoir un peu peur de ce que cette rage et cette colère vont faire naître comme futur.

Je ne sais plus comment éprouver autre chose que de la colère et de la rage quand j'entends Mr Castaner, ministre de l'intérieur, oser affirmer qu'il n'a jamais vu un policier attaquer un manifestant, après plus de 3 mois de conflit, après plus de 94 blessés graves dont au moins 18 ont été mutilés à vie par des tirs de flashball ou de LBD au mépris de toute réglementation et déontologie du maintien de l'ordre, et alors même que ces faits sont parfaitement documentés notamment grâce au remarquable travail de David Dufresne et que pour certains d'entre eux différentes instructions judiciaires et enquêtes de l'IGPN sont déjà ouvertes. Mais quelle putain de honte.

Je ne sais plus comment éprouver autre chose que de la colère et de la rage quand j'entends Mme Buzin, ministre de la santé, suite à un nouveau décès d'une patiente dans un service d'urgence, se contenter d'affirmer "qu'il y avait une légère suractivité" et que "ce n'est pas une question de moyens", alors même que les témoignages des urgentistes (sur ce cas et sur d'autres) sont au-delà de l'accablant à propos du manque de moyens et de postes, des personnels soignants en burn-out, et ce depuis des années. Mais quelle putain de honte.

Je ne sais plus comment éprouver autre chose que de la colère et de la rage quand j'entends Mme Vidal, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, porteuse de la loi dégueulasse et discriminatoire sur l'augmentation (la multiplication par 16 !!) des frais d'inscriptions pour certains étudiants étrangers, oser rappeler à leur "devoir de loyauté" les quelques courageux présidents d'université et leurs équipes parce qu'ils ont affirmé qu'ils dérogeraient par tout moyen possible à cette dégueulasserie pathétique qui contrevient à toutes les valeurs que porte l'université. Ce caporalisme est indigne des missions et des valeurs que la ministre est pourtant supposée porter, et ce "devoir de loyauté" ne vaut rien devant la profonde discrimination d'accès que porte le projet gouvernemental d'une université de la France à Fric. Mais quelle putain de honte.

Le tout en moins de 24 heures. Et pas n'importe quels ministères. Enseignement (et recherche), santé, et intérieur (justice). Trois piliers. Trois garanties, trois remparts d'une société juste, et leurs cyniques et sinistres représentants qui confondent fatuité individuelle et dignité collective et qui n'ont plus pour courage que celui d'un carriérisme veule. 

Mais quelle putain de honte. Je ne sais plus comment éprouver autre chose que de la colère et de la rage et j'ai peur de ce que cette rage et cette colère vont faire naître comme futur. Je sais, pour ce qui me concerne, à quoi cette rage et cette colère se cantonneront cette fois encore. Moi d'accord, mais les autres ? Toutes celles et ceux chez qui cette rage et cette colère vont légitimement déborder dans des formes bien moins policées que les quelques mots alignés dans ce texte. Et surtout je ne peux ni ne veux ignorer ce que cette rage et cette colère vont inaugurer comme gouvernances futures.

Nous ne pouvons ignorer ce que cette rage et cette colère veulent dire pour toutes celles et ceux déjà éborgnés, défigurés, estropiés à vie et pour qui l'indécence du Ministre de l'Intérieur est une insulte de plus, une insulte de trop. Toutes celles et ceux qui patientent dans ces couloirs que l'on dit "d'urgences" et toutes celles et ceux qui ne voudraient que les soigner et qui n'y arrivent plus, qui ne le peuvent plus, toutes elles et ceux pour qui assimiler cela "à une légère suractivité" est au-delà de l'indécence, de la négligence et du mépris. Toutes celles et ceux enfin, enseignants, chercheurs et surtout étudiants, étudiants pour qui le slogan "Bienvenue en France" choisi par de pathétiques décérébrés n'est pas simplement une antiphrase mais signe la fin d'une espérance.

Il y a déjà huit ans, Stéphane Hessel dans un petit livre au succès planétaire nous appelait à nous indigner. Une vingtaine de pages écrites à quatre-vingt treize ans. "Indignez-vous".

 

Indignez

Aux indignés d'hier et à leurs engagements, il reste cette colère et cette rage et l'indignité de tous ces ministres qui la perpétuent avec une régularité d'horloge comme s'ils cherchaient eux-mêmes à provoquer une forme d'effondrement ou d'insurrection, ou comme s'ils étaient totalement incapables de voir à la fois l'un et l'autre. Plus personne le le sait. Plus personne ne peut le dire. Alors comme à cet instant je ne sais plus quoi faire de cette indignation, de cette colère et de cette rage, alors je vous les livre.

Je les partage. 

8 commentaires pour “De la colère et de la rage. Et quoi d’autre ?

  1. La mise à jour : Castaner a dit qu’il y avait encore plus de blessés si les forces de l’ordre n’avaient pas de balles en caoutchouc, comment l’entendre ?
    https://www.publicsenat.fr/article/politique/castaner-defend-le-lbd-sans-lequel-il-y-aurait-selon-lui-plus-de-blesses-137043
    Il est sourd ou il n’a jamais vu ce qui se pratique chez nos voisins – à moins de vouloir dire que les Britanniques, les Allemands, les Italiens demandent à leur flics d’utiliser des balles réelles pour régler les conflits, ils n’ont ni LBD ni grenades offensives.

  2. Je suis un lecteur régulier de vos billets dont j’apprécie toujours la qualité et la pertinence scientifique. Cerise sur le gâteau je partage aussi votre colère et votre indignation devant l’inhumanité de notre société actuelle. Vous lire me fait le plus grand bien car je partage et comprends pleinement votre colère ! Merci 😊

  3. Merci pour ce billet. Maintenant il faut lutter pour une alternative qui ne conduise pas à une régression encore plus terrible.
    Des manifs populaires de 2013 au Brésil à l’arrivée de Bolsonaro, 5 ans se sont écoulés.

  4. “Nous n’avons plus affaire à une petite élite dont nous comprenons clairement les agissements” écrivait Hessel.
    Il s’est trompé non ?
    Nous avons bien affaire à une petite élite.
    Et sommes de plus en plus nombreux à en comprendre les agissements.

  5. Rien de bien nouveau avec ces quelques phrases de celleux qui nous gouvernent. Je suis né en 70 et je crois que je n’ai jamais vu un politique faire autre chose que défendre la classe dominante, la bourgeoisie.
    S’indigner, cela ne sert plus à rien, il faut passer à la révolte, à la révolution ou bien renoncer définitivement à tout changement.
    Le fascisme est déjà là, dans la tête des bourgeois pour défendre leur position dominante (luc ferry en est un bon exemple), dans la tête des prolos qui pensent que le fascisme c’est la défense des classes exploitées et ils sont nombreux à y croire dur comme fer.
    Le fascisme, il faut l’écraser, le détruire tant qu’il est encore minoritaire. C’est maintenant ou alors on repart pour un cycle de désastre humain.

  6. En fait ce qu’on voit actuellement en France est l’un des avatars ou l’une des suites des Occupy Wall Street et de ce genre de mouvement réellement populaire. Populaire dans cette acception “Qui appartient au peuple, qui le caractérise; qui est répandu parmi le peuple”(http://www.cnrtl.fr/lexicographie/populaire) et pas dans le sens, souvent méprisant de classe populaire (ceux qui ne sont rien en résumé).
    On y retrouve aussi des gens qui n’ont pas de problèmes de fins de mois qui sont confrontés à une réalité dure à vivre comme ce médecin sommé de choisir entre deux personnes, celle qui peut bénéficier de l’unique hélicoptère que les restrictions budgétaires mettent à sa disposition pour transporter les patients dans un hôpital susceptible de les soigner. Un choix entre la vie et la mort qui a abouti à un mort.
    Le cynisme de nos gouvernants atteint des hauteurs jamais atteintes jusque là, le cynisme et l’aveuglement.

  7. Decouvert votre blog par une amie recente. Je vous rejoins helas aussi:la rage et la colere. Et l’obscenite des propos de ces gouvernants. Mais on a deja entendu ca des dizaines de fois quand le peuple est dans la rue. D’aucuns justifient cette violence du pouvoir par les exces et depredations commises par certains manifestants. c’est vrai que cela fait les choux gras de la presse, d’une certaine presse en tout cas. Et c’est vrai que certains membres des gilets jaunes ont un discours qui pose probleme: comment ne pas etre mal a l’aise quand on lit des allusions “aux juifs”, et des paroles de sympathie pour la patronne d’un parti qui frise avec l’extreme-droite. Ca ne me fera pas pencher pour elle de toute facon, et ca ne justifie pas les violences et utilisation abusives des ces flash ball. Merci de cette colere.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut