Recentrage moteurs

Ils sont trois à se disputer le marché du passage à une informatique en ligne : GYM. Google, Yahoo! et Microsoft. Les trois mêmes qui se diversifient à tour de bras, chacun selon des stratégies différentes. Or il semble que cette diversification s’emballant, elle éloigne ces acteurs de leur coeur de technologie et de leur public. Après que Microsoft ait il y a de cela quelques mois fait l’objet d’une réorientation de sa stratégie de services (via notamment le recrutement de Ray Ozzie), après que Google ait il y a quelques semaines et par la voix de son grand manitou Sergei Brin, déclaré que trop de diversification rendait illisible la stratégie du moteur n°1 et qu’il fallait se recentrer sur la recherche en tant que technologie coeur, c’est au tour de Yahoo! de battre sa coulpe via un "mémo" incendiaire de l’un de ses vice-présidents.
Si l’on devait tenter de résumer en une phrase LE principal problème de ces trois-là et le point où le bât blesse et pour lequel il faudra rapidement orienter différemment leur stratégie :

  • pour Google : ce pourrait être la question des droits d’auteur au travers des différents services lancés et/ou rachetés (Google Book Search, YouTube). Même si le moteur annonce qu’il peut compter sur une impressionnante trésorerie pour faire lanterner les procédures, son image ne sortira pas idemme desdites procédures.
  • pour Yahoo! : ce serait sûrement le déploiement au sein de la firme d’applications concurrentes dont certaines sont produites par Yahoo! et d’autres rachetées par lui (MyWeb et Del.icio.us par exemple)
  • pour Microsoft : c’est une image de marque ternie depuis des lustres que les dernières versions de son OS ne semblent pas prêtent à rectifier, c’est également un retard considérable pris dans la technologie (algorithmie) de recherche, et ce sont enfin des bévues "hénaurmes" comme celle de la sortie d’un produit phare (le Zune, censé concurrencer l’Ipod) incompatible … avec le nouveau système d’exploitation, Windows Vista.

Du point de vue de la petite histoire du Net, il est de plus assez troublant de constater que des sociétés encore à l’âge de l’enfance (Google), en pleine adolescence (Yahoo!) où d’un âge plus mûr (Microsoft) traversent toutes au même moment ce qui ressemble à une crise de maturité. La faute au démon de midi du web 2.0 et de sa nouvelle bulle, et la faute à toutes ces garçonnières "de niche" que les mêmes sociétés se sont offertes avec un apétit de trésorerie globalement surévalué (voir à ce sujet la remarquable "timeline" des acquisitions de GYM de 2001 à 2006, avec un emballement notable depuis Février 2005 pour Google et Yahoo!)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut