La recherche d’information n’est pas une maladie

Je sors bientôt d'une assez longue période de cours et de TD sur la "recherche d'information" avec mes étudiants du DUT Infocom de La Roche sur Yon. Au niveau DUT, le cours se réduit principalement à l'utilisation et à la maîtrise d'outils et de technos permettant de s'informer et de mener une veille sur des sujets d'actualité et/ou professionnels et/ou sociétaux (plus précisément, ce cours sert de support à la réalisation "d'Ateliers de synthèse bibliographique", dont les sujets sont disponibles ici).

Au-delà des contenus eux-mêmes, et en mettant de côté l'interrogation avancée de bases de données dédiées (un peu hors-sujet au niveau bac + 2, à l'exception, of course, de certaines bases bibliographiques) j'ai fait cette nuit (authentique) un rêve étrange : à l'issue dudit cours, une étudiante s'avançait vers moi et me demandait : "Mais vous monsieur, vous, si vous aviez ce sujet à traiter, vous utiliseriez quels outils ?" Le même genre de question que l'on aimerait poser à son médecin de famille à propos de la vaccination du petit dernier : "Mais vous, vos enfants, vous les feriez vacciner contre l'hépatite ou pas ?" Ou à son boucher : "Mais vous, pour votre pot au feu, vous mettriez de la joue ou du paleron ?" Ou à son garagiste : "Mais vous, si c'était votre voiture, entre l'Opel Astra 6 cylindres en V et la Lada mirabilis toute option, vous prendriez quoi ?" Sauf que ni votre médecin, ni votre boucher, ni votre garagiste ne vous répondront en toute transparence (la faute au lobby pharmaceutique vaccinal pour la réintroduction du paleron dans les Lada toutes options). Moi si 🙂

Alors pour me débarasser de ce rêve étrange et pénétrant, voici, en toute subjectivité, les outils de recherche qui me sont devenus absolument incontournables pour tout ce qui touche à mon activité professionnelle et personnelle, les outils que je consulte tous les jours (ou presque), ceux à partir desquels je démarre n'importe quelle recherche d'info, de la plus basique à la plus experte, classés par ordre de fréquence d'utilisation.

  1. Bing, le moteur de Microsoft. Non je blague. Google. Evidemment.
  2. Slideshare. De plus en plus. Le temple du powerpoint. Enormément de pépites (conférences, actes de colloque, etc). Seul point noir : un moteur de recherche pour l'instant relativement indigent. Mais on peut s'en passer 😉 Et aussi beaucoup de présentations purement "commerciales" mais on les reconnaît – et on peut donc les éviter – assez facilement.
  3. Google Books et Google Scholar. 
  4. Cairn.info. Complet, fonctionnel, convivial, utile.
  5. Les alertes de Google (mail ou RSS) sur son portail d'actu (Google News) pour tout projet de recherche d'info. à moyen ou long terme.
  6. un agrégateur avec tout plein de fils RSS (Google Reader pour les étudiants, même si moi j'utilise basiquement "sage", le plug-in de Firefox) Que je pourrai en fait classer 1er étant donné que c'est à partir de mes (plus de) 750 fils RSS que je me nourris quotidiennement de nouvelles dévouvertes.

Soit au total 4 sites et un agrégateur (les alertes de Google News pouvant être récupérées dans ledit agrégateur) pour couvrir l'essentiel de mes besoins en terme de "points d'entrée" sur l'information. Voilà.

P.S. : pour un bon pot au feu, il faut mettre de la joue ET du paleron. C'est mon boucher qui me l'a dit.

6 commentaires pour “La recherche d’information n’est pas une maladie

  1. Ben alors, et Isidore? Pour aborder Cairn, franchement, cela constitue un vrai progrès, non? Je l’ai fait utiliser par des étudiants doctorants récemment, et ils ont bien apprécié!

  2. Pour les revues de presse, j’ajouterais Yahoo Pipes.
    Pour le professionnel, Google Scholar, DBLP, CiteseerX, et, horreur, Springerlink, ScienceDirect, IEEEXplore, ACM Digital Library.

  3. Bonsoir,
    Même pas une petite BDD bibliographique à l’ancienne ???
    http://www.libraryresearch.com/
    LISTA Library, Information Science & Technology Abstracts
    est maintenant gratuitement proposée par EBSCO, sur inscription, mais vraiment gratuitement !
    On y trouve encore des trucs pas mal sur l’IST. Pour de futurs pros de la doc, c’est encore un peu utile.
    D.

  4. Moi, le RSS c’est feedly… D’ailleurs c’est comme ça que je suis arrivée ici 🙂
    Ou netvibes, ça dépend si je ne veux que les titres ou les 3 lignes de résumé en plus
    Mais pour le pot-au-feu, moi c’est un morceau pas gras avec un os à moëlle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut