Il n’y aura pas de rentrée en Septembre 2021 à l’université.

Le 21 Janvier 2021, Olivier Véran, le ministre de la santé, a déclaré

"Même avec la meilleure organisation et tous les approvisionnements, nous ne pourrions avoir vacciné tous les publics fragiles d'ici l'été. Raison pour laquelle nous demandons la poursuite des mesures sanitaires jusqu'à l'automne."

Traduction à l'échelle des universités et de leurs étudiant.e.s, de nos étudiant.e.s : cela veut tout simplement dire que cette année universitaire est définitivement flinguée. Et que pour la suivante, même la rentrée de Septembre 2021 se fera, au mieux, en mode dégradé. 

Tout le monde commence non seulement à en prendre conscience mais également à l'accepter. Comme nous prenons conscience et acceptons l'idée qu'un prochain confinement "strict" va être mise en place (mi-février ? début Mars ?). 

Alors qu'Emmanuel Macron vient d'éructer à Saclay une nouvelle série de mesures aussi notoirement insuffisantes qu'impraticables en termes de calendrier pour colmater la crise désormais médiatiquement ouverte de la détresse étudiante, alors que Vidal Frédérique continue de s'enfoncer dans sa doudoune et de hoqueter laborieusement les pathétiques et pénibles sécrétions langagières qui lui tiennent lieu de projet politique, alors qu'Anne-Sophie Barthez à la direction du bateau ivre de l'enseignement supérieur et de la recherche valide docilement les injonctions les plus paradoxales sans s'interroger une seule seconde sur la simple faisabilité des directives, décrets et autres circulaires qui suintent de son bureau comme du pus de la gueule d'un lépreux, pendant ce temps … Pendant ce temps sur le terrain et de la base au sommet, c'est à dire des équipes techniques, administratives, enseignantes jusqu'aux présidences d'université, tout le monde, absolument tout le monde est catastrophé devant ce naufrage total. Certain.e.s font le choix de gueuler ou de désobéir, d'autres n'ont d'autre choix que de se résigner. 

Je veux ici rappeler, pour documenter l'imbécilité crasse et le mépris qui sont les seuls guides des décisions politiques concernant tout de même plus de 2 millions de jeunes gens et de jeunes filles à l'université, je veux ici rappeler tout ce que l'on nous a demandé ou interdit de faire, ainsi que les délais de mise en oeuvre qui accompagnaient ces interdictions ou ces vagues permissions. Pour mémoire et pour une meilleure compréhension de la manière dont on flingue consciencieusement une génération tout entière.

Fin Octobre 2020. Le 2ème confinement est annoncé. Emmanuel Macron sacrifie et humilie en direct à la télévision une génération entière : les universités reprendront au mieux début février. Les étudiant.e.s sont les derniers de cette putain de cordée. Après tout le monde y compris les messes et les restaurants (à l'époque …) Les universités reprendront début février. Comme nous le verrons juste après, Jupiter ne cède jamais. C'est son orgueil, c'est sa folie. 

Mi-décembre 2020, à force de lutte et de début de médiatisation nous obtenons de pouvoir de nouveau accueillir nos étudiants en présentiel à la rentrée, le 4 Janvier. Nous attendons alors désespérément un cadre, une circulaire, un décret. Il tombera deux jours … après le départ en vacances de Noël.  Nous sommes alors supposés organiser pendant les vacances la rentrée du 4 Janvier, avec l'accueil uniquement en première année, uniquement par groupes de 10, sur convocation, et uniquement les plus fragiles. Et démerdez-vous. Inapplicable, totalement hors-sol et hors délais. 

Jeudi 21 Janvier 2021. Lors d'une rencontre avec des étudiant.e.s à Saclay, Emmanuel Macron au prix d'un syllogisme rhétorique qui est aussi un crachat au visage de toutes les universités, annonce devant sa ministre Vidal totalement médusée dans la doudoune de son indifférence, que tous les étudiants de tous les cycles et cursus devront pouvoir reprendre un jour par semaine, y compris en cours magistraux sans dépasser 20% de la capacité d'accueil globale. La circulaire est publiée le 22 Janvier (vendredi soir) pour une application dès le 25 Janvier (le lundi matin … hahaha … avertir les étudiant.e.s … hahaha … mettre en place les emplois du temps … hahaha … organiser les services techniques pour le ménage … hahaha …) mais on pourra attendre jusqu'au 8 février au plus tard. Le 8 février au plus tard. Cela ne vous rappelle rien ? Et oui. La déclaration de fin Octobre 2020. Les universités reprendront après tout le monde. C'est le coup de pied de l'âne. La manière qu'à trouvé Emmanuel Macron de nous rappeler qui avait la plus grosse. Détermination s'entend. "Voyez !" nous dit-il, "Voyez malgré toutes vos bravades, voyez malgré la doudoune de Vidal qui est à l'image de sa détermination, rose et molle, voyez malgré toutes les errances de mon gouvernement, voyez nation de procureurs, voyez je reste le maître, je ne me dédis pas, quoi qu'il vous en coûte". 

Ce qu'il nous en a coûté est clair. Deux années sacrifiées. 3 tentatives de suicide la même semaine. Des milliers de cas de souffrance psy et de potentiels effondrements et passages à l'acte qui ne surviendront, comme la littérature scientifique l'atteste dans pareils cas, que des années plus tard. Et un message. Implacable. Vous ne comptez pas. Vous n'êtes rien. Vous ne méritez pas d'être sauvés, même comme les derniers de cordée. Vous n'êtes pas la priorité. Et vous ne pouvez vous en prendre qu'à vous-mêmes : vous prenez les bonbons qui traînent sur les tables, vous refusez d'écouter les consignes et d'aller manger là où on vous dit de le faire. C'est votre faute. Tout est de votre faute. Vous n'êtes pas étudiants comme en classe prépa, et l'on vous traitera comme des travailleurs car vous n'êtes même pas bons à étudier

Entre chacun des trois temps et des différentes annonces ou reculades, toutes les universités (la mienne en tout cas) ont fait … ce qu'elles ont pu. La pression mise sur l'ensemble des étages décisionnels des composantes est ahurissante. Tout le monde est en flip total et se paluche sur des injonctions à remplir des tableaux Excel changeants au gré des errances du ministère en ayant l'impression de s'assurer à défaut de se rassurer. Les équipes sont à bout. Les responsables d'emploi du temps et directeurs des études en PLS depuis bien plus de 4 semaines. Les secrétariats généraux et directions de composantes et d'UFR sont à la jonction de tirs croisés entre les messages d'étudiant.e.s désespéré.e.s, les consignes débiles, idiotes ou totalement approximatives du ministère, l'extrême lassitude qui s'empare même des plus combattifs, et l'envie des équipes de revenir à ce que tout le monde sait être la seule solution raisonnable mais que personne n'ose appliquer ou mettre en oeuvre jusqu'au bout :

  • envoyer chier l'ensemble de la chaîne décisionnelle,
  • gérer au plus près du terrain en gardant le registre des étudiant.e.s présent.e.s sur site pour pouvoir tracer et isoler si nécessaire (faire l'appel quoi)
  • ne pas saturer les espaces de cours (salles de TP, TD et amphis) en se limitant à des accueils en demi-jauge
  • et improviser sur le reste (mode hybride quand on est équipé, planning une semaine sur deux pour les campus et/ou les formations avec des étudiants éloignés, sans logement, etc.)

L'amour dure trois ans. Le Covid à l'université aussi.

Je ne sais pas si à l'instar du roman éponyme, "L'amour dure trois ans", mais je sais que la crise du Covid à l'université durera au moins trois années universitaires. On parle souvent du "cycle licence", L1, L2 et L3 comme étant déterminant non seulement pour les études et la formation intellectuelle mais aussi pour l'épanouissement social et l'ancrage dans sa vie d'adulte dans l'ensemble de ses aspects. Et on a parfaitement raison. Les étudiant.e.s arrivé.e.s à l'université en L1 lors du premier confinement sont aujourd'hui en L2 pour ce second confinement et vont très certainement en vivre un troisième dans quelques semaines. Leur entrée en L3 se fera également en mode "dégradé" au moins jusqu'en décembre 2021 si l'on en croit les déclarations d'Olivier Véran et les analyses sur la disponibilité des vaccins pour l'ensemble de la population. Et c'est une hypothèse optimiste puisqu'elle ne prend pas en compte la possibilité de mutations résistantes aux vaccins actuels et imposant de nouveaux délais de recherche et développement, de production et d'acheminement logistique.

Il faut le redire et le répéter non pour jouer les pleureuses ou les défaitistes mais pour rappeler l'urgence de proposer à la jeunesse des solutions simplement décentes leur permettant d'aller en cours entre deux visites chez le psy et trois paniers repas dans les soupes populaires que sont en train de devenir nos campus.

Cette crise a commencé, en France en tout cas, en Janvier 2020. En Mars 2020 nous avons dit adieu et pas au revoir à tou.te.s nos étudiant.e.s pour les années en cours, de la première année de licence à la dernière année de Master. Nous avons repris (pour très peu d'entre nous) en Septembre 2020 et pour quelques semaines à peine. Beaucoup n'ont repris que début Octobre et donc pour moins de 4 semaines. Et Fin Octobre 2020 nous avons de nouveau été contraints de nous séparer de nos étudiant.e.s et de les renvoyer à la seule expérience de leur détresse ou de leur chance d'être bien né. Nous sommes aujourd'hui fin Janvier 2021. Un an déjà, s'étalant sur 2 années universitaires fracassées, démantelées, atomisées, pulvérisées. Nous, les enseignants, les équipes techniques et administratives, nous y survivrons. Personne n'est par contre capable d'affirmer la même chose pour les étudiant.e.s qui sont notre seule raison de nous mobiliser. 

Déjà deux ans et deux années universitaires bien plus que simplement "dégradées". Et désormais une troisième qui se profile à l'horizon. Trois ans. Un cycle complet de licence. Ou le temps d'une thèse. Trois ans qui lorsque du haut de mes 49 ans je me retourne, trois ans qui me semblent une vie. Qui sont une vie. Le gouvernement d'Emmanuel Macron n'est pas responsable de la maladie du Covid et de la situation de pandémie. Mais il est aujourd'hui clairement coupable de la gangrène qui touche en retour l'université et ses étudiant.e.s et que rien ne justifie.

J'ai déjà, avec d'autres, documenté et décrit le mépris, l'incurie, et au final le seul projet de ce gouvernement et de la ministre qui en incarne physiquement toute la morne morgue et la mortifère détermination : accompagner l'effondrement de l'université publique dans un ricanement managérial de demi-mesures ajoutant de la précarité sur de l'incertitude en s'imaginant agir.  

Ils n'ont rien fait pour sauver le droit d'étudier à l'université.

Je veux avec cet article rappeler qu'absolument rien de ce qui pouvait permettre à l'université de fonctionner n'a été mis en oeuvre. Rappeler qu'à part les repas de resto U à un euros pour les boursiers, absolument rien de ce qui pouvait permettre de raccrocher plus de 2 millions de jeunes au vague espoir d'un horizon ou ne serait-ce que d'un traitement équitable n'a été mis en place. Les mesures conjoncturelles se limitent à faire l'aumône d'un repas et d'une visite chez le psy, les mesures structurelles sont simplement absentes. Je vous donne cinq exemples. 

Premier exemple. Depuis le début de la crise, depuis le premier confinement de Mars 2020, il y a déjà presque un an, on ne compte plus les tribunes, les analyses, les articles scientifiques expliquant et démontrant la nécessité d'équiper les universités de systèmes de filtration et d'analyse d'air HEPA. D'avoir à tout le moins une réflexion sur la question de la ventilation et de l'aération. Ce ne sont pas des mots, ce sont des faits. On nous envoie balader à chaque fois. J'avais posé la question directement à mon université. Réponse : "une commission se penche sur la question". Et quelques mois plus tard : "c'est bon, tout va bien, on ne change rien". Ahurissant. Mais c'est partout la même chose. De toute façon cela coûterait beaucoup trop d'argent et les universités autonomes sont exsangues. Le "dialogue de gestion" a depuis déjà bien longtemps viré au monologue. 

Deuxième exemple. Depuis le début nous expliquons qu'il faut ouvrir une réflexion sur les calendriers universitaires pour permettre, a minima, de les adapter aux contraintes de saisonnalité qui permettent de fonctionner avec des étudiant.e.s sur les campus, "toutes portes ouvertes". Depuis le début nous avons parfaitement compris que cette crise sanitaire durerait bien au-delà de l'année horrible que l'on nous promettait. Absolument rien n'a été fait ni même envisagé. 

Troisième exemple. Aujourd'hui nous savons que même la rentrée de septembre 2021 est compromise. Et que met-on en place qui permette d'y surseoir dans des conditions dignes pour les étudiant.e.s ? Rien. Pas une thune, aucun plan d'équipement massif, aucun signe des opérateurs de téléphonie ou de l'état pour assurer à chaque étudiant au moins un distanciel possible, simplement des bouts de chandelle, de vagues "pass numériques" qui n'arrivent pratiquement jamais. Aucun geste en faveur d'un revenu minimum ou RSA qui permettrait au moins à la jeunesse de cesser de crever de faim devant leurs écrans même plus connectés. Bruno Lemaire l'a affirmé : "À 18 ans, ce que l'on veut c'est un travail et la rémunération de ce travail. On construit sa vie par l'emploi, c'est ce qui vous fait grandir, pas une allocation". Sinistre et pathétique connard dans l'ombre exacte de son maître qui sait ce que vivre chichement veut dire puisque souvenez-vous, lorsqu'il était étudiant, lui aussi a connu les fin de mois difficiles, pauvret, il n'avait à sa disposition pour survivre que 1000 euros par mois lorsqu'il donnait des cours particuliers tout en étudiant en classe préparatoire. Emmanuel Macron si le Covid avait frappé à l'époque où il était étudiant, n'aurait pas été confiné. Il faut imaginer Sisyphe privilégié.  

Quatrième exemple. Depuis le début nous demandons qu'un refonte de l'ensemble des conditions (et des calendriers) d'examen soit mise en oeuvre, pour éviter les situations dramatiques ubuesques et bien plus qu'anxiogènes où l'on convoque en présentiel des cohortes entières pour les renvoyer suivre des cours en distanciel le jour suivant, et où l'on oblige des étudiant.e.s à choisir entre se présenter malade (positif) ou cas contact à des examens au risque de contaminer des promos entières, ou renoncer à l'obtention de leur année. Ce ne sont pas des mots, ce sont des faits. Il aura fallu attendre la circulaire parue hier après le discours de Macron à Saclay pour que les universités aient désormais l'obligation et non la simple recommandation d'organiser des sessions non de rattrapage mais de compensation pour les étudiant.e.s positifs au cas contact. Mais cela ne sera pas rétroactif et ne concernera que les prochaines sessions du 2nd semestre. La session du premier semestre aura donc été celle d'une mise en danger délibérée de la population étudiante par le ministère (certaines universités, comme celles de Nantes, ont eu l'intelligence et l'humanité de proposer cette session de compensation mais d'autres, hélas, non). 

Cinquième exemple. Et puis il y a ce que nous n'obtiendrons jamais de tou.te.s ces baltringues mais que nous ne cesserons jamais de demander à chaque fois avec plus de force : des postes pérennes de titulaires. Par exemple pour que la médecine universitaire ne soit plus digne d'un pays du tiers-monde. Un psy pour 30 000 étudiants. Plus de 6 mois d'attente pour un rendez-vous quand tu as des idées suicidaires. La réponse de ce gouvernement ? On double le nombre de psy (ça fera 2 pour 30 000 …) mais juste pour cette année et après retour à la misère ordinaire. Allez et puis un chèque psy pour faire le bon compte hein. Qui arrivera et sera disponible … bon bah bientôt. Enfin peut-être. Tout en sachant la difficulté de la démarche pour se rendre chez un psy à cet âge et l'intérêt, précisément, de disposer de psychologues résidents sur les campus. Bref. Merci de ne pas prévoir de passage à l'acte avant de recevoir votre chèque, début février si tout va bien.

Lorsque l'on est capable d'annoncer cela en pleine crise, avec déjà un an de recul, la semaine où trois étudiant.e.s ont commis des tentatives de suicide, ce n'est pas que l'on fait face à une nation de procureurs, c'est que l'on est au point exact où s'arrête l'humanité en politique et où commence la barbarie à visage managérial.

L'université des EHPAD : Étudiant.e.s Harassé.e.s et Prêt.e.s À Décrocher.

Arton23745(Via Revolution permanente)

Il n'y aura pas de rentrée normale en Septembre 2021 à l'université. C'est Olivier Véran qui vient de l'annoncer. Nous sommes en train de parler de plus de 2 millions de jeunes gens et de jeunes filles qui depuis déjà deux années universitaires sont, avec les EHPAD et le 4ème âge, la seule classe d'âge autant privée d'autant de sociabilités élémentaires et pendant une aussi longue durée. Mais les EHPAD et le 4ème âge au moins, ont la promesse d'une vaccination prochaine et surtout ils ont les souvenirs d'une vie. Elles et eux n'ont rien d'autre que l'espoir de maigres sociabilités retrouvées. Donnons-leur quelque chose. Moi je donne des cours. Nous ne sommes pas des sauvages. Laissez-nous faire. Laissez-nous faire. Vite. 

Je suis entré par nécessité ce samedi dans une étrange université. Le parking du campus déjà grouillait de monde. Quelqu'un à l'entrée de l'amphithéâtre faisait attendre celles et ceux qui arrivaient, probablement pour respecter une sorte de jauge. On pouvait prendre un peu de gel si on voulait. Mais une fois à l'intérieur de l'amphi j'avoue avoir été saisi. La jauge s'il y en avait une devait donc être largement supérieure en nombre à celles des directives, décrets et circulaires applicables à l'université. Il y avait dans cet amphi un nombre tout à fait ahurissant de gens qui se croisaient, qui touchaient à tout un tas de choses disposées entre chaque travée puis les remettaient plus ou moins en place ; si tous portaient le masque beaucoup d'entre eux n'avaient visiblement pas compris l'intérêt de le porter sur le nez et non en-dessous du nez. Ces étranges étudiants avaient à peu près tous les âges, les plus jeunes auraient du se trouver à la maternelle et beaucoup devaient être retraités. Ce n'est qu'au moment de payer que je compris que je n'étais pas à l'université mais dans un grand magasin de sport en période de soldes, dans lequel m'avait conduit une soudaine déchirure de pantalon de jogging de l'un de mes enfants, à remplacer d'urgence avant le cours d'EPS de Lundi matin 8h en plein air … vivifiant. 

Début Janvier je pensais et écrivais qu'il nous restait une fenêtre de quelques semaines, un mois au mieux, pour retrouver nos étudiant.e.s et pour qu'ils et elles retrouvent un horizon de socialisation. Il semble que je me trompais. Nous n'avons plus que quelques jours. Après il sera trop tard. Leur année terminée pour beaucoup d'entre eux. S'il faut monter des soupes populaires nous les monterons. S'il faut désobéir pour faire cours nous désobéirons. Nous nous ensauvagerons. Nous le ferons. Pour qu'il y ait un après, à l'université

5 commentaires pour “Il n’y aura pas de rentrée en Septembre 2021 à l’université.

  1. Comment une révolte nationale peut-elle s’organiser à tous les niveaux ? étudiants, salariés, petits patrons, etc.
    C’est une question de logistique mais il faut des moyens concrets.
    Il faut que le peuple renverse ce président et qu’il soit jugé pour ses crimes.

  2. A ma fac, on a tenté de lutter contre la fracture numérique de certains étudiants, qui laissaient leur peau en “partage de co” pour suivre les cours
    Mission des profs : recenser, détecter et annoncer aux étudiants qu’ils obtiendraient des clés 4G
    Bilan : après 2 mois, on nous a annoncé qu’il fallait maintenant qu’on leur demande leur RIB
    Raison : pas de clé 4G, mais un chèque de 90€ censé compenser les dépenses de connexion
    2 mois pour faire ça…
    Et on nous a laissé l’expliquer aux gamins
    Bien sûr, le courage

  3. N’oublions pas que c’est ce même gouvernement faisant l’aumône d’un chèque psy qui viendra peut-être et de repas à un euro, mais seulement si on est boursier et en quantité limitée, qui a distribué plus de 500 milliards d’euros pour les entreprises.

  4. Je complète au niveau des montants : 100 euros de chèque psy, multiplié par 2 725 000 étudiants (chiffres de 2019, mais fourchette haute, comprenant les étudiants en CPGE), ça fait 272 500 000 euros. À la louche, deux mille fois moins, donc, que l’argent débloqué pour les entreprises. Ça peut donner une idée, à ceux qui ne l’auraient pas encore bien compris, de là où sont les priorités du gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut