Un an de distributions alimentaires. Et Frédérique Vidal qui ne vient pas.

Demain sur le campus de l'université de Nantes à La Roche sur Yon nous "fêterons" le premier anniversaire de nos distributions alimentaires. En un an on a distribué autant de "paniers" qu'il y a d'étudiant.e.s au total sur le campus de l'université à La Roche sur Yon (près de 2000).

Capture d’écran 2022-01-19 à 15.02.09

Le projet est porté par des groupes d'étudiant.e.s absolument formidables, on a rencontré depuis un an des gens qui l'étaient tout autant (formidables) dans les associations bien sûr (les restos du coeur, la banque alimentaire) mais aussi dans les entreprises et chez les collègues et les équipes administratives et techniques du campus. Bref c'est vraiment un très chouette projet, à ceci près qu'il est à ranger dans les très chouettes projets que l'on aimerait bien arrêter dès que possible au regard de son objet (la lutte contre la précarité).

Demain, cette distribution anniversaire, elle sera encore plus merveilleuse car des associations nous ont fourni des "calendriers inversés". Donc ce matin on a déchargé près de 250 colis empaquetés dans du papier cadeau, que l'on pourra distribuer demain aux 250 étudiant.e.s qui passeront (en plus des denrées alimentaires). On vous mettra plein de photos sur l'instagram de l'association

Bref. Je vous ai déjà parlé de tout ça et d'à quel point c'était quand même monstrueux de voir les campus, absolument tous les campus universitaires, en France (6ème puissance économique mondiale), en train se transformer en autant de succursales des restos du coeur. Et à quel point il était vital de demeurer en rage absolue pour ne jamais s'habituer à cette misère, et pour que jamais ces projets ne deviennent simplement "des projets comme les autres". 

Et soudain c'est le drame.

Et puis la semaine dernière il y a eu les propos absolument dégueulasses d'Emmanuel Macron en mode "on ne peut plus continuer avec un système d'enseignement supérieur presqu'entièrement gratuit." Le tout devant la conférence des présidents d'universités qui, à défaut d'une dignité, se sont offerts un petit rebranding des familles (j'espère qu'ils n'ont pas bossé avec les escrocs de chez Mc Kinsey) : l'ancienne CPU (conférence des présidents d'université) est donc devenue "France Universités". Toujours est-il que cette bande de célestes foutriquets n'a pas haussé le sourcil en entendant le président leur annoncer qu'il avait l'intention de faire péter le système de gratuité de l'enseignement supérieur public dès qu'il serait réélu. 

Pour la Macronie, aucune surprise dans cette annonce, elle est conforme aux éléments de programme qui avaient fuité avec les #MacronLeaks. Et sans même avoir besoin des fuites, elle est de toute façon documentée et théorisée depuis longtemps dans les écrits de Robert Gary-Bobo qui sont à la base des projets de la macronie pour l'université. Il s'agit de mettre fin à la gratuité en maquillant ça avec une pseudo hausse des bourses (mais inférieure à l'inflation) et en permettant (c'est ça le vrai projet) aux étudiant.e.s de s'endetter via – au mieux – des "prêts à remboursement contingent". Bref, faire confiance aux banques pour sortir les gens de la misère en leur permettant (aux gens) de s'endetter dès leur majorité. Un vrai programme de droite. Et surtout un vrai programme de connard.  

La CPU, pardon, "France Universités" restant donc comme à son habitude totalement muette, et n'ayant visiblement pour seule ambition que de chercher comment étendre toujours davantage la surface de sa servilité par rapport au pouvoir, les président.e.s d'universités, donc, demandèrent (je vous jure que c'est authentique) "davantage d'autonomie" et (en même temps …) "davantage d'argent public". Les mecs (et les nanas) sont quand même en moyenne à Bac+12 mais c'est pour vous dire à quel point on est sur une définition de l'intelligence qui commence à bien s'éloigner de la capacité de créer des liens pour mieux se rapprocher de la capacité de dire de la merde en espérant que le vent de sa veulerie suffira à disperser l'odeur. 

Allez. Avant de devenir définitivement désagréable et grossier, revenons à l'essentiel. Donc je vous résume l'affaire. En trois points. 

Point 1. Demain je vais passer une bonne partie de ma journée à distribuer des colis alimentaires à des étudiant.e.s. Comme en gros tous les 15 jours depuis maintenant un an. Donner des cours, c'est mon métier. Donner à bouffer, beaucoup moins. Et demain donc, ça fera un an que je fais ça.

Capture d’écran 2022-01-19 à 16.17.31"Happy Birthday to you …" qu'il disait. 

Point 2. Le président (qui sera probablement réélu) annonce pépouze : "On ne pourra pas rester durablement dans un système où l'enseignement supérieur n'a aucun prix pour la quasi-totalité des étudiants."

Point 3. Du coup il prévoit de demander à des étudiants (pauvres) de payer des frais d'inscription élevés en contractant des crédits le plus tôt possible. Si vous pensez que c'est un génie tapez 1, si vous pensez que c'est un connard tapez 2. Perso la touche 1 de mon téléphone est brisée donc je n'ai pas eu le choix. 

Et pendant ce temps la mi-ministre mi-sinistre Frédérique Vidal qui est à l'intelligence, à l'empathie et au charisme ce que Voldemort est à la chirurgie esthétique nasale – donc un échec total – vient devant l'assemblée nationale expliquer qu'Emmanuel Macron n'a pas du tout dit qu'il allait augmenter les frais d'inscription. Et en effet il a seulement dit qu'on ne pouvait plus ne pas faire payer aux étudiants l'accès aux études. 

Alors moi vous me connaissez, j'ai beaucoup d'affection pour Frédérique Vidal. De l'affection à base de hallebardes chauffées à blanc et d'intromissions sous-cutanées, mais de l'affection quand même. Et je me disais, la veille d'aller passer ma journée à "fêter" les un an de distributions alimentaires dans ma fac :

"Tiens mais quand même c'est bizarre. On n'a aucune image de Frédérique Vidal présente pendant une distribution alimentaire. Même au plus fort de la crise et du confinement. Rien. Nib. Nada. Tchip. Que dalle."

Je me disais ça. Alors on a bien quelques images où elle visite des locaux de distribution, des épiceries solidaires, et où elle rencontre les équipes de bénévoles (triés sur le volet) qui s'en occupent, mais jamais, je dis bien jamais, jamais pendant les distributions alimentaires. Bref, jamais quand les étudiant.e.s sont là. C'est con quand même. Imagine un peu l'abbé Pierre qui ne se pointe pas chez Emmaüs parce qu'il a piscine. Imagine un peu Jean-Michel Blanquer qui ne se … non, pas Jean-Michel Blanquer, c'est un trop mauvais exemple. 

Mais c'est fou quand même.

La ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche n'a jamais foutu les pieds dans une distribution alimentaire, pendant une distribution alimentaire.

Depuis désormais 2 ans que les distributions alimentaires sont devenues une sorte de nouvelle routine sur l'ensemble des campus.

Et là … Comme la vie est décidément bien faite, il se trouve qu'il n'y a absolument rien à l'agenda de Frédérique Vidal demain !!!

Madame la ministre, demain sur la campus de La Roche sur Yon de l'université de Nantes, il y a 250 étudiant.e.s qui vont venir chercher à manger. On va leur distribuer en plus des cadeaux. Et en plus parce que vraiment on a un campus plein de bonnes énergies et de beaux projets, on va même leur proposer un atelier danse avec le grand Salia Sanou. Vraiment ce serait trop bête que vous loupiez cela. 

Frédérique !! Frédérique !! Frédérique !! Frédérique !! 

Non vraiment je suis sérieux, venez. Bon et si vraiment au regard du très léger passif nous opposant vous préfériez d'autres campus et d'autres distributions, et ben nouvelle bonne nouvelle : tous les jours sur un campus des universités de la 6ème puissance économique mondiale il y a des distributions alimentaires !! Tous les jours ou presque.

Alors forcément Frédérique, si elle ne vient pas demain, elle va bien réussir à trouver un créneau pour aller voir comment ça se passe. En vrai je veux dire.

Allez viens Frédérique. Et si tu ne viens pas … alors casse-toi. Mais loin. Très loin. Au pire demande à Jean-Michel, paraît qu'il a l'adresse de spots sympas du côté d'Ibiza.

Un commentaire pour “Un an de distributions alimentaires. Et Frédérique Vidal qui ne vient pas.

  1. Il y a une erreur dans votre texte. En effet, dans la phrase “Si vous pensez que c’est un génie tapez 1, si vous pensez que c’est un connard tapez 2.” il faut remplacer “connard” par “ordure”. En effet, rien ne laisse penser que ce soit un connard. Un idéologue fanatique et morbide, oui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut