#GiletsJaunes : de l’algorithme des pauvres gens à l’internet des familles modestes

Facebook a énormément servi de relai à la mobilisation des Gilets Jaunes. Le mouvement n'y est peut-être pas "né" mais il y a tout au moins été largement incubé. Si ça vous tente, vous pouvez toujours relire ce que j'écrivais l'autre jour à ce propos dans "les gilets jaunes et la plateforme bleue". 

Facebook a également, comme à chaque grand mouvement populaire, été la ligne Maginot de toutes les cristallisations de ce qu'avant on appelait "l'opinion" et dont il est désormais l'antichambre vibrante et le gueuloir mouvant. Selon que vous soyez pro ou anti Gilets Jaunes, selon la sociologie de vos liens forts et de vos liens faibles dans la plateforme bleue, vous y aurez tantôt aperçu "les Gilets Jaunes contre les médias", tantôt "les médias contre les Gilets Jaunes". Et dans un camp comme dans l'autre, les mêmes armes virales : montages d'images ou de citations tronquées, mèmes et mix d'infos et d'intox en tous genres. Une seule certitude au final : "certains Gilets Jaunes" ont au moins autant raconté n'importe quoi sur "certains médias" que "certains médias" ont raconté absolument n'importe quoi sur "certains Gilets Jaunes". 

Quelque part entre BHL et Franck Dubosc.

Pendant que Bernard-Henri Lévy n'est en capacité de ne retenir que le "poujadisme" des Gilets Jaunes et que son CM doit se fader les répliques à la sulfateuse qui suivent immanquablement ce genre de déclaration sur Twitter, la vidéo (également surréaliste) de l'humoriste et comédien Franck Dubosc en soutien au mouvement tourne à près de 3 millions de vues. C'est cela que l'on appelle "la sociologie des publics". Et BHL et Franck Dubosc connaissent parfaitement leurs publics.

Nombre de sociologues (voir un petit résumé sur France Culture) commencent d'ailleurs à produire des analyses de terrain du mouvement des Gilets Jaunes sur le mode de l'observation participante. Et pour faire simple (et Bourdieusien) ils s'accordent à reconnaître que : 

"À plus grande échelle, on parle d’un mouvement interclassiste, ce qui le discrédite aux yeux de certains à gauche qui y voit un éparpillement. Mais sociologiquement, il y a une cohérence globale dans les profils rencontrés, car les « gilets jaunes » sont centrés dans la zone « en bas à droite » de l’espace social si l’on prend une grille de lecture bourdieusienne, c’est-à-dire des classes populaires aux classes intermédiaires plutôt peu diplômées et exerçant des métiers manuels. Ce sont des personnes qui ont des goûts proches, qui se côtoient au quotidien, sont en accord dans leurs visions du monde. Les proximités sociales ne sont pas réductibles aux classes « sur le papier » (pour parler comme Bourdieu), mais plutôt à des positionnements proches dans l’espace des styles de vie." (Benoît Coquard)

Une étude de chercheurs toulousains en sciences de l'information et de la communication a également permis d'analyser le vocabulaire utilisé par les pages Facebook des Gilets Jaunes pour éparpiller façon puzzle quelques représentations médiatiques audimateuses présupposant un racisme de classe qui est donc manifestement absent de l'analyse des discours et publications tenus sur les pages Facebook des Gilets Jaunes. "Très faible occurence du vocabulaire raciste", "quasi-absence de terminologie d'extrême droite", des Gilets Jaunes conscients des enjeux écologiques, bref, "un phénomène dont la nature n’est pas si hétérogène ni si hermétique aux enjeux publics" que ne l'écrivent nombre de médias. L'étude complète est disponible et Arrêt sur Images en a fait une rapide synthèse. Réalisée dans l'urgence elle ne suffit bien sûr pas à caractériser finement la nature d'interactions ici uniquement mesurées lexicalement au moyen de leurs occurrences mais elle a déjà le mérite d'exister (et d'être diffusée et accessible) et d'offrir un angle de vue aussi pertinent que différent. Elle confirme par ailleurs la profonde cohérence d'un mouvement souvent improprement qualifié de "disparate". 

D'ailleurs les revendications des Gilets Jaunes se structurent et elles font programme à la veille du 30 Novembre où une délégation doit être apparemment reçue par le 1er Ministre. Et force est de constater que la plupart de leurs revendications et de leurs doléances sont simplement … raisonnables dans le premier sens du terme. 

Mais à l'inverse de cette approche, certains journaux comme Le Parisien préfèrent exhumer des profils de "porte-parole" du mouvement : on y trouve en effet des "porte-parole" proche – par les contenus qu'ils partagent – d'une idéologie d'extrême droite, mais également d'autres "porte-parole" anciens syndicalistes de la CFDT et "soutiens" de François Ruffin. Mais il est vrai que sur les huit "portraits" choisis par Le Parisien, six d'entre eux penchent quand même très clairement vers l'extrême-droite et viennent donc étayer une doxa médiatique qui n'a rien de sociologiquement fondé et qui relève davantage d'une forme de storytelling toujours bonne pour le buzz (l'extrême droite fait vendre) et/ou d'une forme de paresse journalistique qui documente volontiers ce qui n'ébranle pas ses propres certitudes (pour éviter toute dissonance cognitive avec ses propres représentations mais également avec celles de son public).   

Bref, Le Parisien se sert de Facebook pour ce qu'est vraiment cette plateforme, c'est à dire "une version post-moderne de la Stasi" pour reprendre l'expression de Julian Assange dans le documentaire "Une contre-histoire de l'internet". 

Pas mal de commentateurs ont également, dans différents cadres, soit noté soit moqué les publications farcies de fautes d'orthographe et de syntaxe qui émaillaient les messages de mobilisation ou d'exaspération du mouvement des Gilets Jaunes. D'autres comme Vincent Glad ont également noté la propension à relayer des infos en provenance de sites parodiques comme s'il s'agissait de vérité établies.

Et là où le journaliste Jules Darmanin expliquait le 17 Novembre que :

"Les gilets jaunes se sont constitués grâce aux groupes facebook, il est donc logique qu’ils finissent comme des groupes facebook : mal modérés, pourris par des éléments toxiques et remplis de gens qui ont des visions différentes pour le même groupe."

Vincent Glad lui répond dans cet article de Libération : "Dans le combat final des gilets jaunes, Jupiter va affronter des modérateurs Facebook."

"Eric Drouet et Priscillia Ludosky sont maintenant tous les deux admins du groupe La France en colère !!!, qui comprend 250 000 personnes. (…) Maxime Nicolle aka Fly Rider (…) gère Fly Rider infos blocages, un groupe de 62 000 personnes qui suivent ses Facebook live quotidiens. (…)

Alors que, parmi les gilets jaunes, plus personne ne croit au discours des médias traditionnels, ces Facebook live, et plus largement toutes les vidéos qui circulent sur le réseau, apparaissent comme le seul média fiable. (…) Dans les groupes de gilets jaunes, il y a une vraie différence entre le ton posé de ces Facebook lives, fascinants moments de débat public, et la violence parfois affligeante des commentaires."

Vincent Glad revient ensuite sur le rôle joué par l'évolution récente de l'algorithme du réseau social

"Contrairement à ce que pensent les gilets jaunes, persuadés que Macron les censure par l’entremise de Facebook, leur meilleur allié s’appelle Mark Zuckerberg. Le mouvement a été sans conteste aidé par le nouvel algorithme Facebook qui survalorise les contenus de groupes au détriment des contenus postés par des pages (et donc par les médias). Après quelques likes sur un groupe, on se retrouve submergé du contenu de ce groupe dans son fil d’actualités. Le nouvel algo a précipité les gilets jaunes dans une «bulle de filtre» où ils ne voient presque plus que du contenu jaune. (…)

Le patron de Facebook a pensé la fonctionnalité Groupes comme une manière de désenclaver l’Amérique périphérique : «Je vais aller dans une église et le prêtre va me dire : "Je sais que si une usine ferme dans ma ville, je vais faire de l’aide psychologique à de nombreuses personnes le mois suivant." Quelqu’un doit s’occuper de cela. Les structures qui aidaient les gens sont en train de disparaître.»

La conclusion de Vincent Glad est sans appel

"Les admins de groupe Facebook, dont les prérogatives ne cessent d’être augmentées par Zuckerberg, sont les nouveaux corps intermédiaires, prospérant sur les ruines des syndicats, des associations ou des partis politiques. Ayant méticuleusement fait disparaître ces courroies de transmission entre lui et le peuple, Emmanuel Macron se retrouve maintenant en frontal face à des admins de page Facebook."

De l'algorithme des pauvres gens …

"L'algorithme des pauvres gens". C'est le titre du billet que j'avais publié en ce début d'année pour qualifier la nature du changement du modèle algorithmique du Newsfeed. Un algorithme donc, qui à l'instar de la chanson de Léo Ferré était là pour surexposer les interactions et "les mots des pauvres gens : ne rentre pas trop tard, surtout, ne prend pas froid."

Avec l'effondrement des corps intermédiaires (syndicats et partis politiques notamment), avec la désarticulation totale des rythmes sociaux (entre rythme de nos vies familiales et celui de nos vies professionnelles), et avec la multiplication et la prégnance des écrans et des pratiques connectées substitutives à la sociabilité physique, "l'algorithme des pauvres gens" n'est pas simplement un changement technique mais il dessine en creux un changement de sociabilité. Et à l'échelle du nombre d'utilisateurs de la plateforme, il serait fou de ne pas y voir le terreau d'un changement de société ou à tout le moins de la manière et des moyens de "faire société."

Markojaune

D'autant que dans l'esprit du fondateur de Facebook, le projet qui sous-tend ce changement, est un projet politique

Dans son adresse à la nation des utilisateurs publiée en février 2017, Mark Zuckerberg avait en effet notamment explicité son intention de bâtir deux types "d'infrastructures sociales" : 

"La première pour encourager l'engagement dans les processus politiques existants**." "La seconde pour établir de nouveaux processus participatifs dans des prises de décisions collectives pour les citoyens du monde. Notre monde est plus connecté que jamais, et nous faisons face à des problèmes globaux qui dépassent les frontières nationales. En tant que première communauté mondiale, Facebook peut explorer et developper des projets de gouvernance citoyenne renouvelée à une échelle massive.

** (appel à aller voter notamment pour lutter contre l'abstention)

Nous y sommes. C'est ce que raconte l'article de Vincent Glad à l'échelle du mouvement des Gilets Jaunes. Zuckerberg poursuivait

"En plus d'encourager le vote, la meilleure opportunité qui nous est offerte est de permettre aux gens d'être impliqués ("engaged") avec les sujets de tous les jours qui les préoccupent, et pas simplement lors des périodes électorales. Nous pouvons aider à établir un dialogue direct et responsable entre les gens et leurs représentants élus. En Inde, le premier ministre Modi a demandé à ses ministres de partager leurs meetings et leurs actions sur Facebook pour qu'ils puissent bénéficier d'un retour direct des citoyens. Au Kenya, des villages entiers et leurs représentants politiques se rassemblent sur des groupes WhatsApp. Dans les campagnes politiques récentes – de l'Inde à l'Indonésie, en Europe ou aux Etats-Unis – nous avons constaté que les candidats vainqueurs étaient ceux qui avaient les communautés les plus grandes et les plus impliquées ('engaged"). De la même manière que la télévision fut le premier média pour la communication politique ("civic communication") dans les années 60, les médias sociaux le seront pour le 21ème siècle. (…)

Les mois derniers nous avons aidé notre communauté à doubler le nombre de connections entre les gens et leurs représentants élus en rendant ces connexions possibles en un seul clic. En Islande il est devenu fréquent de taguer des politiciens dans des groupes de discussion pour qu'ils puissent porter ces sujets au parlement. (…) De la place Tahrir au Tea party (sic), notre communauté organise ces mobilisations en utilisant notre infrastructure pour l'organisation d'événements ou le lancement de groupes de discussion."

Un projet politique. 

 … à l'internet des familles modestes.

Je suis en train de découvrir les travaux absolument essentiels et passionnants de Dominique Pasquier. Ils ont été chroniqués et résumés ici par Hubert Guillaud et on peut lire une interview de Dominique Pasquier par Erwan Cario dans Libération

Les Gilets Jaunes investissent Facebook car il est leur média. Ils ont de Facebook un usage serviciel qui est un usage de classe. Et qui est à des années lumières du prisme de l'observation élitiste consistant à pointer ici l'orthographe comme convenance sociale ou à noter là le manque de discernement dans la reprise d'informations de sites parodiques. 

De BHL à Franck Dubosc, des plateaux de BFM aux Facebook Live de groupes de discussion, il existe une approche "de classe" des usages de l'internet et du web. Une sociologie des possédants et des dépossédés que l'on a longtemps cru absente de ce "média" supposé faire fonction de "village global" et de substitut immanent au rêve égalitaire.

A la place du village global nous avons donc des jardins fermés coercitifs dans la densité attentionnelle qu'ils structurent et organisent, et dont les PDG ne font pas mystère de vouloir constituer des "infrastructures sociales" appelées d'abord à accompagner le processus de consultation et de décision politique pour pouvoir mieux ensuite s'y substituer entièrement.

Ces "nouvelles infrastructures – techniques – sociales" sont, de fait, les seules dimensionnées pour collecter et agréger à la fois la parole et les colères de populations déclassées et en situation de pauvreté ou de souffrance sociale. Or ces populations ont un usage des dispositifs numériques qui est à des années lumière d'autres usages de classes sociales plus favorisées. Et que Dominique Pasquier a donc remarquablement exploré dans son ouvrage.

Et dans ces usages des familles modestes, Facebook est une métonymie structurante du rapport global à la connexion : 

"non seulement Internet est là, mais c’est comme s’il avait toujours été là ! C’est très frappant. Les femmes m’ont raconté : «Le matin, je me lève, je prends mon café et je lis mes notifications Facebook.» C’est déjà ritualisé alors que c’est très récent. Je pensais que ça continuait à être vécu comme quelque chose de compliqué. Mais en fait, c’est totalement fluide." (Pasquier dans Libé)

La question de l'ergonomie, est, particulièrement pour ces familles modestes, un facteur décisif d'adoption ou de rejet :

"Ce sont des personnes qui se promènent sur le Bon Coin avec une grande aisance, elles n’y ont aucun problème d’interface, et dès qu’elles se retrouvent sur le site de Pôle Emploi ou de la CAF, c’est l’horreur. Ce sont d’énormes problèmes d’ergonomie, et il y a une grosse responsabilité de la part des pouvoirs publics." (Pasquier dans Libé)

Tout comme l'est le rapport souvent difficile à l'écrit et le fait de privilégier naturellement des espaces discursifs dans lesquels la faute d'orthographe ne sera pas perçue comme un stigmate culturel. Car on écrit beaucoup, aussi, dans l'internet des familles modestes. Mais pas par mail.

"Le mail n’est pas du tout utilisé pour communiquer. Il sert pour la gestion des comptes sur les sites d’achats et pour les services publics. Mais les boîtes mail se retrouvent très vite encombrées par les pubs. Il y a aussi un rapport à l’écrit différent avec le mail, qui est plus protocolaire que les messages laissés sur Facebook." (Pasquier dans Libé

Dans l'internet des familles modestes, la bulle de filtre est également plus forte et le déterminisme algorithmique plus dense que dans les usages bourgeois qui veillent souvent à inclure des liens faibles pour alimenter une impression de diversité qui fonctionne essentiellement comme un alibi cognitif à moindre frais (là c'est moi qui parle, pas Dominique Pasquier). Dominique Pasquier, elle, explique :  

"On comprend assez vite que les interactions en ligne sont des échanges qui restent dans l’entre-soi social. Avec quelques spécificités. Par exemple, on échange très peu sur son activité professionnelle, contrairement aux classes moyennes et supérieures."

Et comme Facebook est de son côté très fort et subtil à la fois dans la manière qu'il a de nous éviter toute forme de dissonance cognitive, l'entre-soi social est ainsi doublement renforcé. 

Et puis dans l'internet des familles modestes il y a aussi cette "recherche de consensus avec un objectif de réassurance sur la morale commune" qui semble bien plus marqué que dans l'internet des familles bourgeoises. Une réassurance qui passe notamment par les "panneaux" qui fascinent Dominique Pasquier. Dans InternetActu cette fois, elle indique : 

"Ce qui circule sur Facebook, c’est essentiellement des citations morales, des images, des dessins… des « panneaux » qui proviennent d’ailleurs. L’enjeu n’est pas tant de discuter du contenu de ces messages que de demander à ses amis s’ils sont d’accord avec le fait que ce qui est mis en ligne me reflète moi ! Le but est plus une recherche de consensus. On s’empare de ces messages pour dire qu’on s’y reconnaît et on demande aux autres s’ils nous y reconnaissent. Ces partages se font avec des gens qu’on connaît. On ne cherche pas à étendre sa sociabilité."

J'avoue que moi aussi j'ai été (et je suis toujours) fasciné par lesdits "panneaux".

Nooo
Un exemple ci-dessus (choisi par moi, pas par D. Pasquier) de cet "objectif de réassurance sur la morale commune". 

NoooooUn autre exemple (normalement en plus il clignote, c'est un GIF animé. Joie)

Aristocraties discursives et algorithmes des pauvres gens.

Ne pas comprendre ces usages de classe, tant d'ailleurs du côté de l'internet des familles modestes que de celui – beaucoup plus étudié – des familles bourgeoises, c'est ne pas comprendre non plus les aristocraties algorithmiques de la publication. 

Les algorithmes qui distribuent, qui hiérarchisent et qui rendent visible ou invisible la parole sont essentiellement pensés, conçus et interfacés par des classes bourgeoises éduquées. Souvenez-vous d'ailleurs que Facebook dispose d'un brevet de détection de notre classe sociale qui finira bien par déclencher la lutte algorithmique finale. Les internets entre Trollarchies et algocraties

A chaque étape de l'histoire de l'internet et du web, il y a toujours eu une aristocratie de la publication. Seuls certains, seuls les plus éduqués, seuls ceux disposant de suffisamment de temps libre, seuls ceux protégés par une institution ou une situation sociale stable se sont exprimés, d'abord sur leurs "forums IRC", puis sur leur "Homepage", puis sur leurs "blogs". Et ainsi de suite. Et à chaque fois que l'on a essayé d'ouvrir l'espace discursif du web à un tiers-état de la parole, on lui a très rapidement claqué la porte au nez. On ne trouvait trop bruyant, trop bavard, trop indiscipliné, trop "troll". C'est ce qui arriva – notamment – quand la presse découvrit les forums de discussion en dessous de chacun de ses articles et voulut en faire un modèle conversationnel.

"L'imprimerie a permis au peuple de lire, Internet va lui permettre d'écrire." Benjamin Bayard

Mais comme pour la lecture, le peuple, le peuple "modeste", ne disposait pas d'un espace d'écriture à son image. Tout comme le peuple hésite souvent à se rendre en médiathèque ou en bibliothèque parce qu'il ne s'y sent pas légitime ou qu'il en ignore les codes et les usages. C'est cet espace d'écriture que Facebook a offert au peuple. Un espace confiné, confinant, mais aussi un espace confiant, un espace confident.

Et même si l'architecture technique toxique de la plateforme transforme toute proximité en promiscuité, qu'importe puisque de toute les façons les familles modestes et les familles bourgeoises n'ont pas la même perception de la promiscuité car elles n'en ont ni la même expérience ni le même vécu. Et là encore Dominique Pasquier montre à quel point ce rapport à la promiscuité et donc à l'intimé et au "privé" (ou à la "vie privée") est très différenciant dans les usages des familles modestes

"Les familles disposent bien souvent d’une seule adresse mail partagée. C’est un moyen de tenir un principe de transparence familial… (et de surveillance : une femme ne peut pas recevoir de courrier personnel). Ce principe de transparence se retrouve également dans les comptes Facebook, dans les SMS … La famille intervient sur les comptes de ses membres, on regarde les téléphones mobiles des uns et des autres. On surveille ce qu’il se dit. Les familles modestes ne voient pas de raison à avoir des outils individuels."

Facebook est en cela intéressant que dans la manière dont il est investi aujourd'hui par ces familles modestes que sont les Gilets Jaunes, il produit une forme paradoxale d'émancipation par l'accession à un espace, discursif, médiatique, organisationnel et situationnel dont ces gens-là se retrouvaient privés depuis l'effondrement des corps intermédiaires supposés les représenter.

Et même si je reste convaincu avec Zeynep Tufekci que Facebook, comme les autres réseaux sociaux, permet d'organiser des révolutions sociales autant qu'il en compromet la victoire, le mouvement des Gilets Jaunes vient en tout cas bousculer l'ordre discursif du monde autant qu'il révèle la place éminente de la plateforme dans le dispositif Bourdieusien : plutôt en bas, à droite. 

La plateforme, est, tout comme le mouvement des Gilets Jaunes et tout comme l'avenir politique de nos démocraties, en équilibre sur un fil de plus en plus ténu. D'un côté, il y a l'ensemble des populismes qui n'attendent qu'une étincelle supplémentaire pour embraser des continents entiers. Et de l'autre, il y a la possibilité offerte d'un renouveau démocratique qui n'adviendra que pour autant qu'il soit capable de s'affranchir des dispositifs technologiques qui ont en partie refondé sa capacité d'espérance. 

Des gilets jaunes sur une plateforme bleue.

Parmi les premiers livres achetés à mes enfants à l'approche de l'école il y avait le célèbre Petit-Bleu et Petit-Jaune. Aujourd'hui nous avons une grande population jaune sur une grande plateforme bleue. A la fin <Spoiler-Alert> petit-bleu et petit-jaune s'aiment et se mélangent <Ouais je sais c'est super hot> pour donner naissance à petit-vert. 

004666595

J'ignore si le vert qui naître de l'union des Gilets Jaunes et de la plateforme bleue sera celui de l'écologie ou de la rage (comme on est "vert de rage"). J'ignore de toute façon si les couleurs ont réellement une signification.

Je sais juste que tout cela est passionnant à observer derrière son écran mais que ce qui est en train de s'y construire et de s'y déliter conditionnera pour une large part les (infra)structures politiques et sociales que nous laisserons à nos enfants. 

Alors continuons d'être attentifs. Et surtout, continuons d'être modestes dans nos analyses.

12 commentaires pour “#GiletsJaunes : de l’algorithme des pauvres gens à l’internet des familles modestes

  1. Pas convaincue par le ET booléen des couleurs rapporté à la situation actuelle, mais analyse toujours intéressante qui s’accorde bien avec Vincent Glad et Dominique Pasquier.

  2. J’ai enfin une réponse à mon interrogation sur les panneaux de partage ‘Facebookien’, en tout cas, je la prends.
    Ça me libère de ma culpabilité de ne pas les partager (et de la menace qui pèse sur nos épaules d’une démonstration publique d’un manque d’empathie). Comme quoi la connaissance libère, aussi modeste soit-elle.
    J’en profite pour vous dire que je trouve votre blog fascinant. Je l’ai découvert hier et je n’arrive pas à m’en décoller.
    Bonne continuation

  3. Merci pour cet article passionnant. Il m’est d’une grande utilité pour le concours du CELSA.
    Je vais lire d’autres articles que vous avez rédigé.
    Bonne continuation.

  4. Nous ne marchons pas « pour le climat ». Nous marchons pour demander des mesures d’accompagnement des conséquences du changement climatique (on se protège) et des conséquences secondaires des mesures pour en réduire l’ampleur (on arrête d’accentuer le problème).
    Réduire l’ampleur du changement climatique, c’est avant tout réduire notre consommation d’énergie. Cette réduction entraine inéluctablement une réduction de la production de richesses et donc du « niveau de vie » de notre société.
    On ne peut pas défendre les objectifs de la COP21 et « en même temps » :
    • Vouloir voyager en avion pour ses vacances.
    • Vouloir disposer d’une voiture, ou plus, par foyer.
    • Vouloir augmenter les budgets de la collectivité nationale et des collectivités locales, et attendre plus de services de l’état.
    • Vouloir construire des infrastructures à tout va.
    • Vouloir entretenir toutes les infrastructures existantes.
    • Continuer à consommer comme nous le faisons.
    • Imaginer que nos produits du quotidien puissent ne pas être plus chers.
    Concrètement, il s’agit :
    • De rendre l’énergie progressivement moins accessible avant qu’elle ne le devienne par elle-même afin que la population ait le temps de s’adapter. Taxation des carburants aériens et maritimes, poursuite de l’augmentation du prix de l’essence et du diésel. Augmentation du prix de l’électricité.
    • De définir des mesures d’accompagnement pour amortir la transition pour les plus vulnérables en compensant l’impact, mais en partie seulement (totalement ne sera financièrement pas accessible).
    • D’anticiper la baisse des budgets de l’état en réorganisant les services publics sur la base de budgets annuels décroissants (de l’ordre de 2% par an – réduction du PIB de 25% en 15 ans).
    • D’anticiper la baisse du budget des prestations sociales liée à la baisse du PIB.
    • D’anticiper la baisse des budgets des collectivités locales en revoyant les priorités des dépenses : asphaltage des routes….
    • Etc…
    Il n’y a aucune certitude que les acquits dits « sociaux » de notre société puissent être conservés face à toutes ces contraintes.
    Ces affirmations vous posent un problème ? Parlons-en. Vous pouvez vous rendre sur le forum T2030 sur facebook (transition 2030).

  5. Quand la malhonnêteté le dispute à la déchéance morale l’extrémisme néolibéral violente la démocratie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut