La cagnotte Leetchi, le philosophe abruti, et la faillite de la démocratie.

Ils sont devenus fous. Et clairement l'hypothèse psychiatrique n'est plus à exclure.

L'histoire est donc celle de cette fameuse cagnotte Leetchi supposée permettre de payer les frais de justice du boxeur ayant attaqué des CRS, ou des gendarmes, je ne sais plus. 

Cagnotte "indigne" pour Mounir Mahjoubi, et cagnotte pour laquelle Marlène Schiappa voudrait que l'on puisse disposer du nom des donateurs, tous selon elle coupables de "complicité". Carrément.

Pendant ce temps, un autre qui n'a de philosophie que celle de la mise en scène de sa propre fatuité éructe sur Radio Classique qu'il faut que gendarmes et CRS n'hésitent plus à faire usage de leurs armes. Il s'appelle Luc Ferry. Il a été ministre de la république. Ministre de quoi ? De l'éducation. De l'éducation. Et aujourd'hui il n'est qu'un dingue de plus, pour qui la saillie audimateuse a remplacé toute forme de pensée. Demain il nous expliquera probablement que bien sûr c'était simplement une "posture", ou une "provocation". Mais aujourd'hui il a demandé à ce que les gardes et l'armée de la république n'hésitent pas à faire usage de leurs armes létales sur cette foule haineuse de militants d'extrême droite ou d'extrême gauche. D'autres ont mis la philosophie dans le boudoir, lui ne doit rêver que de se faire greffer un Tonfa en guise de pénis.

Comme la nature est bien faite, Luc Ferry et son oeuvre philosophique auront la postérité qu'ils méritent : celle d'un Trending Topic sur Twitter. Et pour le reste, ferme ta gueule, ferme ta gueule Luc Ferry.  

The-shining-still-1

Image volée de Luc Ferry préparant son prochain livre de philosophie sur la paix civile et le recours aux armes pour la garantir. 

On pensait avoir tout vu. Si la vengeance est un plat qui se mange froid, l'indignation est un passe-plat toujours commode quand il s'agit de masquer l'essentiel. 

Je ne vais pas faire d'article sur cette cagnotte Leetchi. Pour connaître mon avis vous n'avez qu'à relire celui que j'avais écrit à propos d'une autre cagnotte, via une autre plateforme. Cela s'appelait "Le financement participatif de la haine. Et la place de Paypal".  J'y disais en gros ceci : 

"On peut, enfin, imaginer un monde régi par des plateformes et dans lequel l'éthique aurait une définition et une reconnaissance positive dans leurs CGU, sans attendre un Bad Buzz de l'opinion, sans s'abriter derrière d'alambiquées formulations qui interdisent explicitement les transactions "d'objets prônant la haine, la violence ou l'intolérance raciale" mais se refusent à interdire les transactions visant à financer des idées prônant la haine, la violence ou l'intolérance raciale."

La campagne de Crowdfunding n'est dans l'affaire du boxeur, pas du tout de la même nature. Cela ne m'a pas échappé. Mais le fond du débat reste entier tant les CGU de Paypal, de Leetchi ou des autres sites de Crowdfunding sont semblables. Et tant, surtout, qu'aucune CGU jamais ne suffira à garantir un comportement éthique qui ne vaut qu'au prisme de ce qu'une société est prête à tolérer, à accepter ou à entendre lorsqu'elle se trouve confrontée à ces questions éthiques.

Plus bas dans le même article j'écrivais également ceci : 

"Toute la misère du monde peut être Crowdfundée. Et dans la déliquescence de l'état providence s'effondrant tranquillement à l'ombre des libertariens en fleurs, il est presque certain qu'elle le sera. Elle l'est déjà. Reste la haine. Toute la haine du monde. Qui peut également être Crowdfundée. Il n'appartient qu'à nous d'accepter cette idée. Ou de la combattre."

A dire vrai je n'ai pas d'opinion sur cette affaire de cagnotte. Elle ne m'a en tout cas pas choquée lorsque j'ai appris son existence. L'important n'est pas la cagnotte mais la violence. Celle de ce champion de boxe, manifestant et Gilet Jaune, et celle également des "forces de l'ordre" et des réponses totalement disproportionnées qu'elles infligent aux manifestants depuis le début de ce conflit.

Plutôt que de se vautrer dans le marketing politique de l'indignation sur la fameuse cagnotte Leetchi, les politiques que sont Mahjoubi, Schiappa ou Griveaux auraient mieux fait de rappeler quels sont les droits d'un accusé, par exemple pour bénéficier d'un avocat commis d'office, et de prendre acte de la manière dont la réduction du budget de la justice fait que l'idée d'une cagnotte … finalement ben c'est pas si con et c'est bien dommage …

Ils auraient ainsi pu remettre un peu de lumière sur le combat que mènent depuis des mois les "robes noires" totalement invisibilisés par leurs frères Gilets Jaunes (et c'est dommage aussi), combat contre le projet de loi de Nicole Belloubet et les nouveaux déserts judiciaires qu'il promet à notre démocratie qui n'a pourtant jamais tant eu besoin de ce premier service public qui est celui de la justice. 

Mais non. Ils ont préféré crier "haro" sur la cagnotte indigne. A chacun son indignation donc. A chacun sa cagnotte aussi. 

A chacun sa cagnotte Leetchi.

10. Dix euros. Mehdi n'a eu droit qu'à 10 euros.

4251. Quatre mille deux-cent cinquante et un euros. Lola. 19 ans. Joue et mâchoire fracassée qui devra porter deux plaques de métal pendant au moins un an. N'était ni masquée, ni en gilet jaune. Ni simplement hostile. Etait simplement Lola.  

50 000. Cinquante mille euros. Fiorina a perdu un oeil et sa cagnotte Leetchi a permis de collecter 50 000 euros. Il faut dire que c'est Damien Rieu, l'un des chefs de file du mouvement identitaire qui est à l'initiative de la cagnotte et qui pose fièrement aux côtés de Fiorina en lui remettant son chèque. Ce détail là a-t-il son importance ? Probablement. Très probablement. Ce détail là doit-il faire oublier l'âge de la victime et le fait qu'elle a définitivement perdu un oeil pour être allée manifester ? Certainement pas. 

117 000. Cent dix-sept mille euros. Pour Christophe Detinger donc. Le boxeur. Cagnotte finalement clôturée par la plateforme Leetchi qui a indiqué s'engager à ce que la somme soit uniquement utilisée pour régler les frais de justice. Comment ? Nul ne le sait.

118 793 euros. Cent dix-huit mille sept cent quatre-vingt treize euros. En soutien aux forces de l'ordre. Sur Leetchi également Cagnotte cette fois initiée par Renaud Muselier

Cagnottes partout. Justice sociale nulle part.

Pendant que le philosophe abruti solde les ultimes deniers de sa dignité sur Radio Classique, pendant que la "secrétaire d'état chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes" demande à récupérer les noms de donateurs sur une plateforme privée (Leetchi appartient à la banque du Crédit Mutuel) au titre d'une "complicité" que même la Stasi trouverait excessive, pendant que le nombre de signalements de violences policières documentées par David Dufresne atteint l'hallucinante barre des 250, pendant que des syndicats pourtant très droitiers de police dénoncent l'usage disproportionné de la force et des mutilations assimilables à des blessures de guerre, pendant tout ce temps …

Pendant tout ce temps, lors de son intervention au journal de 20h du 7 Janvier, le premier Ministre Edouard Philippe – également boxeur à ses heures perdues mais toujours, lui, en possession de deux globes oculaires fonctionnels – n'aura pas un mot, pas un seul mot pour ces manifestants éborgnés et défigurés. Pas un seul mot. Est-ce cela la République unie, une et indivisible ? N'est-il que le premier ministre de l'ordre et de ses forces ? Pas. Un. Seul. Mot.  

Pendant tout ce temps on apprend que le salaire de Chantal Jouanneau, en charge d'organiser le fameux "grand débat", sera de près de 15 000 euros par mois. Par mois. Quinze mille euros par mois pour organiser le débat des fins de mois.

Quelle dose de cynisme, de morgue et de folie faut-il pour oser simultanément tout cela ? Quel niveau d'abrutissement et d'aveuglement faut-il avoir atteint pour s'étonner ensuite de voir des citoyens n'avoir d'autre horizon que celui d'une cagnotte Leetchi et de l'obole qu'ils pourront y mettre, eux qui n'ont déjà tellement plus rien et que l'on traite pour cette obole de "complices"

Complices ? Ils ne sauraient l'être en droit. Et de quoi le seraient-ils ? Ils cherchent à reconquérir une dignité que vous broyez en permanence. Ils jettent ici une pièce comme d'autres avant eux en jetaient dans des fontaines publiques en faisant un voeu. En donnant un, deux ou même cinq euros à la cagnotte indigne, ils se paient d'abord une rasade d'espoir, ils étanchent à pas cher leur colère, et ils vous font la nique, aussi un peu. C'est la seule petite victoire qui est à portée de leur bourse. Votre mépris leur vaut certainement hommage mais il est surtout bien plus qu'un rateau symbolique, il est une énième faute politique.  

C'est l'histoire d'une cagnotte Leetchi, d'un philosophe abruti, et d'une nouvelle faillite de ceux qui prétendent défendre la démocratie.  

3 commentaires pour “La cagnotte Leetchi, le philosophe abruti, et la faillite de la démocratie.

  1. le salaire de 15 000 euros par mois, Chantal Jouanneau le touche en tant que présidente de la Commission nationale du débat public.
    Le pilotage du “grand débat”, c’était sans doute en heures sup défiscalisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut