#MonOrdiAuLycée : le cadeau empoisonné de Christelle Morançais

Tou.te.s les lycéen.ne.s en classe de seconde de la région Pays de la Loire ont reçu en ce début du mois de Novembre un ordinateur portable HP, gratuitement, équipé de Windows (version 10), de la suite bureautique Microsoft Office, du navigateur Microsoft Edge, et du lecteur multimédia VLC (qui est un logiciel "libre", "open source").

La région est présidée par Christelle Morançais (dont je vous parlais déjà ici au sujet de sa vision "particulière" de la détresse étudiante).

L'un de mes nombreux enfants se trouve être l'heureux bénéficiaire de ce cadeau. Il est donc rentré du lycée l'autre soir avec son ordinateur portable offert par la région. Il l'a lancé, il a créé le compte Microsoft obligatoire pour pouvoir activer l'ordinateur et puis … 

Et puis pensant (à tort) que la suite Office n'était pas pré-installée, nous l'avons téléchargée et nous avons cliqué sur "exécuter". Une installation classique quoi. Sauf que pour procéder à une installation classique, encore faut-il avoir les droits d'installation, ce que l'on appelle les "droits d'administrateur" de sa machine. Et que … nous ne les avons pas. J'ai d'abord cru à une blague donc je suis allé télécharger la suite bureautique Libre Office, ainsi que le navigateur open source Firefox. Le téléchargement s'effectue sans souci mais au moment de cliquer sur l'exécutable d'installation : "vous n'avez pas les droits". 

Argh.

Après vérification, on a fini par retrouver la suite bureautique Office, effectivement pré-installée sur ces machines. Mais  impossible d'installer quoi que ce soit d'autre sur cette machine. Comme j'avais le temps j'ai même téléphoné à la hotline du conseil régional où un monsieur très gentil m'a confirmé que je n'avais pas les droits mais que si je rencontrais des problèmes pour utiliser Microsoft Office il pouvait vérifier en prenant la main à distance sur l'ordinateur. Je lui ai dit … non merci. 

Puis je suis allé vérifier sur le chatoyant site publicitaire dédié à l'opération pour avoir confirmation que : 

Capture d’écran 2021-11-17 à 10.42.48
 Je vous le remets en toutes lettres : 

"[les lycéen.nes] n'étant pas administrateurs de leur poste, il ne leur sera pas possible d'installer un logiciel nouveau ou d'en désinstaller un en place."

Ah ben merde alors. Sentiment un peu étrange du genre : "On vous offre une télé mais vous ne pourrez regarder que BFM TV".  

Cela m'a d'autant plus étonné que lors des dernières vacances (bah oui je vous raconte un peu ma vie) j'avais vu l'une de mes nièces, elle aussi élève de seconde mais à Toulouse, à qui la région Occitanie avait également offert un ordinateur portable HP tout à fait identique (mais tout rouge ce qu'elle trouvait un peu "too much") sur lequel elle avait immédiatement installé le jeu des Sims et qu'elle me montrait donc fièrement (le jeu des Sims parce que l'ordinateur elle le trouvait trop rouge).

Le premier souci de ma progéniture (que je pense relativement semblable aux créatures de sa même classe d'âge), était naturellement de savoir s'il allait pouvoir installer "des jeux" et "regarder Netflix". Ce qui me permit un petit rappel pas inutile sur les notions de "trucs qu'on n'installe pas et qui sont des services dans le cloud sur abonnement" (genre Netflix) et les "trucs qu'on installe, donc des logiciels dont certains peuvent être propriétaires et payants, et d'autres libres et open source". Mon côté prof. 

Lui comme 48 000 autres lycéen.ne.s n'installera donc pas de "jeux" (il en dispose de suffisamment par ailleurs sur son téléphone portable et au travers de la console "familiale" pour que cela ne gâche ni sa journée ni son avenir ludique) ; lui comme d'autres pourra regarder Netflix. Hourra et Hosanna. 

Un cadeau.

Alors soyons bien bien clair. Celles et ceux qui me lisent savent que j'ai assez peu d'affinités avec les politiques de droite, mais suffisamment d'honnêteté pour être en capacité d'admettre que même la droite est parfois capable de faire des choses qui vont dans le sens de l'intérêt général (ce qui n'arrive pour ainsi dire quasiment jamais ;-). 

Donc pour être tout à fait clair, l'initiative de la région de remettre à chaque lycéenne et lycéen de seconde (et aussi aux élèves de 1ère CAP) un bon ordinateur portable est une bonne initiative, que je salue. Plein de familles n'ont effectivement pas le budget pour offrir ce genre de machine à leurs enfants lycéen.ne.s et c'est donc faire oeuvre utile et régalienne que de résoudre cette inégalité de fait. Bien sûr il y a aussi plein de familles qui auraient eu tout à fait les moyens d'offrir un ordinateur portable à leur enfant et qui avaient prévu de le faire et on aurait donc pu mettre en place un principe d'équité plutôt que d'égalité stricte. Mais cela aurait donné lieu à d'innombrables débats et frustrations inutiles autour de "oui mais alors à partir de quel seuil exactement et pourquoi ce seuil là plutôt qu'un autre", donc l'égalité c'est bien aussi. 

Un cadeau empoisonné ?

Plusieurs choses me gênent dans le cadeau qui est ainsi fait à tous ces élèves. D'abord le fait que d'autres régions ont fait le même cadeau, mais en laissant les droits d'administration des machines. Refuser ce droit d'administration est donc un choix de la région Pays de Loire et de Christelle Morançais. 

Naturellement l'interdiction est le premier aiguillon de la curiosité et dès réception et constatation de leur "cadeau", nombre de lycéen.ne.s se sont donc lancé à la recherche de solutions permettant de rétablir le compte administrateur de leur machine (spoiler : oui c'est possible). L'apprentissage est avant tout une forme de braconnage. 

Si l'idée était d'interdire la possibilité d'installer un logiciel (ou des jeux) pour éviter des opérations lourdes de maintenance sur le parc des machines offertes, il faudra voir de quelles options de "prise en main à distance" disposent vraiment les services référents pour, périodiquement ou non, inspecter et nettoyer ledit parc. Et s'il n'en disposent d'aucune, alors autant aurait-il mieux valu filer directement les droits d'administration, ou à tout le moins faire en sorte que chaque établissement (par exemple) soit libre de déterminer, en fonction de ses usages pédagogiques, l'opportunité de laisser les élèves installer Libre Office ou Firefox ou n'importe quel autre logiciel libre (pour rappel seul le lecteur multimédia VLC est installé sur les machines). Non seulement c'eût été plus cohérent sur le plan technique mais y compris sur le plan de l'éducation aux médias, refourguer des machines verrouillées de bout en bout ne va pas vraiment dans le sens d'une responsabilisation des usages (et des usagers) ni dans celui d'une émancipation par rapport aux logiques propriétaires déployées déjà partout dans l'environnement numérique au sein duquel baignent nos rejetons. Voilà pour le hardware. 

Et puis il y a le software. Les logiciels. Et la (vieille) bataille entre les logiciels libres (open source) et les outils propriétaires. Et la situation parfaitement scandaleuse de monopole, validée par tous les ministres de l'éducation nationale de droite comme de gauche, dans laquelle se trouve ledit Microsoft. Avec là encore à droite comme à gauche toujours les mêmes arguments tantôt spécieux, tantôt mafieux. Et là oui, encore une fois, le "cadeau" de Christelle Morançais est un cadeau empoisonné. 

Je veux ici aussi être aussi clair que possible : je suis depuis toujours, dans mes pratiques d'enseignant et de chercheur, un "militant" du logiciel libre, mais je suis aussi un partisan du "meilleur des deux mondes", c'est à dire que je considère qu'au regard des usages qui sont aujourd'hui ceux des logiciels propriétaires (dont la suite Office) il serait aberrant de ne pas former nos étudiant.e.s (et nos élèves en lycée) à ces outils. Mais il faut leur montrer … les deux. Et pour leur montrer les deux et pour qu'il puissent ensuite raisonnablement choisir en citoyens éclairés et non en consommateurs passifs, il faut a minima leur offrir la possibilité d'installer et d'utiliser … les deux.

Chacun sachant par ailleurs que "l'habitude" ou "l'habituation" est un facteur clé de l'usage, particulièrement à l'adolescence. Si vous avez appris à ne vous servir que de la suite Microsoft Office à l'âge où vous commencez à avoir précisément un usage autonome et régulier des ces outils bureautiques (au lycée donc),  il vous sera beaucoup plus "compliqué" de basculer vers son équivalent libre même lorsque vous en aurez la possibilité ou l'opportunité. 

Pour le dire différemment ce qui me gêne vraiment beaucoup dans le cadeau fait par Christelle Morançais c'est qu'il est aussi un formidable cadeau fait à Microsoft qui aura cette année 48 000 clients captifs supplémentaires. Et l'année prochaine également. Car ce dispositif est annoncé comme reconductible. Chaque année près de 50 000 jeunes n'auront donc comme horizon logiciel que celui de Microsoft sur des machines où ils ne seront que des utilisateurs passifs ; c'est à dire des consommateurs au carré. 

Il me semble que quitte à mettre (chaque année) 24 millions d'euros dans cette opération, on aurait pu a minima fournir la suite Libre Office ainsi qu'un navigateur libre (Firefox) de pré-installés. Mais allez savoir, peut-être Microsoft l'a-t-il interdit à Christelle Morançais. Peut-être n'a-t-elle même pas songé à le leur demander ? Allez savoir. 

Après avoir décidé de lutter contre la détresse étudiante en filant une prime de 200 euros aux étudiant.e.s … qui travaillent déjà, Christelle Morançais décide donc d'oeuvrer à la réduction de la fracture numérique en fabriquant des consommateurs captifs.

Liberté, égalité … et parts de marché.

Ou si vous préférez, liberté, égalité … verrouillé.

#MonOrdiAuLycée c'est aussi #MonCompteClientChezMicrosoft et ça … c'est un choix … très discutable. 

Capture d’écran 2021-11-17 à 15.28.48

 

[Mise à jour] On me fait à juste titre remarquer qu'en région Île de France c'est le même schéma qui a été adopté (ordinateurs entièrement verrouillés) et que dans ces deux cas – et ces deux régions – il est donc impossible, par exemple à des élèves souffrant de troubles "dys" (dysorthographie, dyscalculie, etc.), d'installer eux-mêmes les logiciels de remédiation nécessaires. Alors bien sûr j'imagine – et j'espère – qu'en passant leur journée au téléphone et s'ils réussissent à trouver le bon interlocuteur auprès de qui il leur faudra faire remonter les 48 pages photocopiées de leur dossier MDPH en trois exemplaires dont un visé par l'administration du lycée et l'autre par le délégué départemental au handicap assorti d'un courrier signé de leur orthophoniste référent, il y aura bien quelqu'un quelque part qui ne sera pas trop con pour accepter leur installer le logiciel nécessaire via une "prise en main à distance" de leur ordinateur, le tout au bout de quelques mois de démarches. La vie quoi. 

18 commentaires pour “#MonOrdiAuLycée : le cadeau empoisonné de Christelle Morançais

  1. Mon fils a eut une tablette surface mais je suis contre.
    Deja il est en 5eme. Ensuite si j avais jusqu a maintenant reussit a limiter sa consommation de youtube, tyitch et autre choses debiles c est maintenant quasi impossible (a la maison je peux eventuellement couper le wifi ou utiliser pihole mais combien de parents en sont capable ?)
    C est pas pour rien que les pontes de la silicon valley mettent leur enfants dans des ecoles sans ecrans
    Ensuite ne pas avoir les droits admin c est aussi embetant car il ne peut imprimer (impossible d installer le driver): la seule solution c est de faire un pdf puis que je l imprime depuis mon PC …
    Pour le reste, l ecole a tout sur MS-teams. Ca rend a mon avis les apprentissages bien moins efficaces car ils n ecrivent plus. comme parent c est plus penible car il faut chercher ou sont les infos et au final on doit tout imprimer pour que ca soit facile a lire
    L argument de l ecole c est que l informatique est partout et qu ils doivent etre formés. Mais outre le fait qu un traitement de texte ou un autre ca change rien pour 95 % des gens. En plus mon fils ne travaillera probablement pas avant 10 ans (au plus court 6 ans). d ici la MS-teams aura disparut

  2. J’imagine qu’il doit être possible d’écraser la partition windows et installer un système linux à la place (pour celles et ceux qui savent faire évidemment). Il n’y a pas besoin de droits d’administrateur pour ça.
    En plus ça doit supprimer la possibilité de prise en main à distance… et hop on peut tout installer
    De toute façon, quand j’étais au lycée (en Languedoc-Roussillon) la moitié des profs refusait qu’on utilise l’ordi, l’autre disait ok pour prendre des notes. À quelques occasions qui se comptent sur les doigts d’une main ont-ils mis en place une séance numérique pour faire mine de justifier la dépense de la région…

  3. Bonsoir,
    Déjà confronté à ce problème en autant travaillé dans des établissements publics ayant les même politiques, je ne peux que recommander l’usage des versions dites “portables” de ces logiciels.
    En les mettant sur le disque D, elles ne sont souvent pas détectées par les mouchards pré installés.
    Enjoy! 😉

  4. Merci Olivier pour cet éclairage auquel je me permets d’ajouter les observations (ou plutôt les constats)faites ce matin par Claire Hédon (défenseure des droits) sur l’état de nos jeunes (15 – 24 ans). L’addiction aux écrans a été clairement identifiée comme une des causes de la dégradation de la santé de nos élèves. Dans quel sens cet écran supplémentaire disponible 24h/24h va-t-il agir sur ce constat ???
    Enfin,la question de l’usage de l’ordinateur en classe pour prendre des notes sera encore plus prégnante. Je crois savoir Olivier que nous avons une analyse semblable sur le sujet…

  5. Un point qui n’est pas abordé dans l’article : l’enfant/les parents deviennent propriétaires de l’ordinateur, ou celui-ci est à rendre à la fin de la scolarité au lycée ?
    Dans le premier cas, effectivement ne pas disposer des droits administrateur paraît assez ennuyant, dans le second cas, ça me semble bien plus normal. Au même titre que les ordinateurs professionnels en entreprise, sur lesquels vous n’avez pas les droits administrateur non plus, le contrôle des équipements repose sur la DSI, pas sur les usagers.

  6. Je m’auto-réponds, cf. la FAQ du site :
    “[…] A l’issue de la scolarité, l’élève pourra conserver son ordinateur portable qui lui sera cédé. Les droits complets (droits « administrateur » du PC) lui seront donnés à ce moment. […]”
    La situation ne paraît donc pas si anormale à première vue…

  7. Je ne cesse de me féliciter de ne plus être que grand-père quand je vois toutes les difficultés qu’il y a être parent aujourd’hui dans ce pays. Me connaissant (libriste, linuxien et gentiment anar), j’aurais comme premier réflexe de – tenter – de remplacer Windaube par Linux mais, mais, le gamin ne va t-il pas en pâtir alors ?
    Si ses profs n’utilisent, pour certains cours ou devoirs, QUE les logiciels en place, les adolescents réfractaires, ou dont les parents sont réfractaires (de futurs islamo-gauchistes n’en doutons pas), vont de facto être ostracisés, rejetés du groupe. Et nous savons tous ce qu’il en est à cet âge de l’importance de se sentir reconnu comme membre de tel ou tel groupe (normé), de telle ou telle communauté.
    Bref, comme tu le dénonces si bien, les voici captifs du GAFAM.
    Aux parents intelligents alors de leur faire découvrir d’autres réalités que celles qui nous sont imposées par un environnement de plus en plus liberticide.
    Merci pour l’ensemble de ton œuvre 😉

  8. > Tous les lycéens en classe de seconde de la région Pays de la Loire ont reçu en ce début du mois de Novembre un ordinateur portable HP, (…) L’un de mes nombreux enfants se trouve être l’heureux bénéficiaire de ce cadeau.
    (note j’ai corrigé l’usage de l’écriture excluante[1], il n’existe pas de logiciel de remédiation pour corriger la destruction de l’accéssiblité par cette graphie qui est une mauvaise solution à un faux problème basé sur la méconnaissance de la langue)
    Il me semble que cette phrase présente les choses à l’envers, il faudrait plutôt dire: “la région Pays de la Loire a décidé de faire cadeau d’argent public aux riches actionnaires de deux industriels américains, ainsi que de leur soumettre un groupe de consommateurs en les habituant le plus jeune possible. Hewlett-Packard et Microsoft se trouvent être les heureux bénéficiaires de ce cadeau.” On pourrait y ajouter “Dans le cadre de la destruction de l’école publique[2] et de l’abêtissement des jeunes générations[3] par le gouvernement,”
    Après c’est sûr que si on prends la situation par le petit bout de la lorgnette, ça ressemble à un cadeau empoisonné. Mais en prenant la vision globale dans la durée, les choses sont en place comme les pièces d’un puzzle et ça prends un autre sens.
    > J’imagine qu’il doit être possible d’écraser la partition windows et installer un système linux à la place (pour celles et ceux qui savent faire évidemment). Il n’y a pas besoin de droits d’administrateur pour ça.
    En fait avec le secure boot et l’EFI le verrouillage d’un ordinateur pour empêcher de booter ou d’installer sur un autre système est bien plus efficace et difficile à contourner qu’une élévation de privilège sous windows pour obtenir les droits d’administration. Toutefois on peut raisonnablement espérer que le manque de compétence à la région ou l’économie de coût supplémentaire fait que ce verrouillage EFI ne soit pas actif sur ces ordinateurs à destination des lycéens.
    [1] https://github.com/humanitesnumeriques/ecritureinclusive
    https://www.youtube.com/watch?v=FViXADQb_k0
    https://www.youtube.com/watch?v=T3XSvrbBgDk
    [2]: pour simplifier grossierement: le capitalisme a besoin d’une croissance artificielle (et intenable) pour exister, et pour cela il doit constamment conquérir de nouveaux marchés. En France les gouvernements successifs sont complices du capitalisme. Pour sa survie (ou prolonger son agonie) Le capitalisme vise a s’approprier les derniers marchés qui lui échappent encore, dont la santé et l’éducation, et pour faciliter ce processus d’accaparement les gouvernements suivent une dynamique organisant les échecs et faillites de la santé et de l’éducation.
    [3]: https://www.seuil.com/ouvrage/la-fabrique-du-cretin-digital-michel-desmurget/9782021423310
    https://www.franceculture.fr/oeuvre/la-fabrique-du-cretin-digital-les-dangers-des-ecrans-pour-nos-enfants

  9. Nul besoin de secure boot: un bios bien configuré avec mot de passe et un boot process verrouillé sur le boot manager windows va être suffisant pour empêcher une installation d’OS alternatif (ou une réinstallation de windows d’ailleurs)

  10. Bonjour,
    Ma nièce a pu bénéficier d’un ordinateur. L’ordinateur me semble plutôt bien. J’ai vu aussi qu’il y avait une “Portail d’entreprise” où il était possible d’installer Libre Office mais aussi pas mal d’applications.
    En essayant d’accéder au BIOS il y a effectivement un mot de passe.
    Par contre si vous avez une procédure pour passer admin sur les PC je veux bien 🙂

  11. Bonjour,
    en tant que gestionnaire d’un parc informatique, je ne vois pas ce qu’il y a de choquant à restreindre l’accès aux machines confiées aux lycéens.
    Certes, c’est un peu pénible pour les pilotes d’impression ou des choses comme ça; mais pour le reste…
    je ne doute pas que qques élèves sauraient rester raisonnables mais une bonne partie iraient installer toutes sortes de cochonneries qui n’ont rien à faire sur un OUTIL DE TRAVAIL.
    Si ils veulent faire mumuse, qu’ils utilisent leur PC privé.
    Quant aux bidouilleurs, on les connait bien, ce sont ceux qui reviennent vers le support la queue entre les jambes pour demander que l’on répare leurs bévues…

  12. Bonjour et merci pour ce billet salutaire,
    Qui ne sera probablement pas lu par notre Présidente de Région Mme Morançais, c’est bien dommage.
    A noter d’ailleurs que ledit portable et fourni avec un mode d’emploi d’installation et de premier lancement (dans lequel on voit que les logiciels “officiels” sont déjà préinstallés ;)), et une belle lettre grand format couleur avec photo de la Présidente et beaux discours aux parents. Ce n’est plus de la pédagogie ou de l’éducation ça.
    Je confirme que la machine fonctionne bien pour Netflix ! Et quelle reste déjà l’essentiel du temps à la maison parce qu’à part la prof de SVT de ma fille pour quelques cours, il semble que les autres enseignant·es n’ont nul besoin de cet appareil. Et tant mieux pour le poids du cartable, car livres, cahiers et pc portable ça commence à faire beaucoup.
    J’ai réussi à installer dessus Firefox (il suffit d’annuler la boîte de dialogue demandant les droits d’administration, et le logiciel s’installe dans le profil de la personne qui l’utilise sans autre forme de procès). Ouf, un vrai navigateur. De même, le Navigateur Tor fonctionne sans problème (il suffit de le télécharger, pas d’installation nécessaire).
    Le premier démarrage est particulièrement long et laborieux avec ses redémarrages obscurs, puis toutes les mises à jour MS Windows qui se téléchargent et s’installent. Près d’une heure pour le démarrage initial, puis au moins 2 à 3 heures de téléchargement d’installation des mises à jour. Ouf.
    A noter que l’élève est privé des droits d’administration, et que l’accès au BIOS est également verouillé par mot de passe, rendant impossible le démarrage de la machine sur une clé USB. Bref, il faut sortir le SSD de la machine pour cellelux qui veulent faire qq bricoles dessus.
    Enfin, cette machine est sérigraphiée au logo et nom du conseil régional des PdL, ainsi que le BIOS avec son image de démarrage. Je serais curieux de connaître le coût supplémentaire des ces personnalisations. Et je respire d’avoir échappé à un éventuel « Don de Mme Morançais » !
    Quel dommage quand même cette approche fermée, restrictive et volontairement orientée logiciels privateurs et commerciaux.

  13. Yes, bien vomitif.
    J’ajoute que les ordinateurs ont en fait des comptes pré-remplis pour MS, Teams, etc. avec les données d’état civil des élèves qui ont déjà été transmises à ces chers industriels du numérique. Moi qui pensais qu’en ne le démarrant pas, j’épargnerai mes enfants, hé bien semblerait que non.

  14. Le choix d’imposer à tous du matériel sans aucune concertation ne marche pas, toutes ces expériences ont été des échecs, surtout si vous mettez en rapport le coût et le résultat obtenu. Vous évoquez le principe d’égalité mais combien de familles auront des doublons inutiles ? En pleine crise écologique !
    Et quel résultat ? Vous le dites fort justement: créer des clients captifs pour Microsoft, encore et toujours. C’est insupportable. Sommes-toujours sans défense face au lobbying frénétique des GAFAM ?
    De plus, je ne comprends pas l’intéret d’Office chez des lycéens. PAs plus que votre phrase:
    “au regard des usages qui sont aujourd’hui ceux des logiciels propriétaires (dont la suite Office) il serait aberrant de ne pas former nos étudiant.e.s (et nos élèves en lycée) à ces outils.”
    Quels usages ? Pas la rengaine du marché du travail j’espère. Surtout qu’ils utilisent déjà cet outil dans leur établissement. C’est l’occasion de tester l’interopérabilité.
    Ce type d’offre ne peut être que ciblée et sous Linux. Cela évite de plus le fichage de base.
    Surtout depuis les états généraux du numérique.
    Dans ma région, Office a été offert aux profs et aux élèves, c’est déjà désespérant mais avec le PC et le tout microsoft préinstallé en plus…

  15. Bonjour,
    je viens peut-être après la bataille (mais le web est vaste). On peut installer des versions portables de logiciels (LibreOffice, Firefox, SumatraPDF…) sans droits d’administrateur (en créant un répertoire à la racine du disque dur ou dans le dossier utilisateur). Il y en a quantité sur le site PortableApps.com .
    Bien à vous,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut