J’ai passé 10 ans dans Facebook. Ses conditions (générales d’utilisation) sont devenues constitution(elles).

C'était le 11 Juillet 2007. La première fois que je me suis connecté sur Facebook. Et que j'y ai posté ce premier message.

"At Home". 

Parce qu'à l'époque tous les "status" étaient précédés du verbe "is". Et que j'étais "at Home" donc. Presque deux mois et quelques demandes d'amis plus tard, le 3 septembre 2007 à 10h47 je publiais ce qui allait être mon premier vrai statut sur Facebook : 

"Bon quelqu'un m'explique à quoi sert ce truc ?"

Je me souviens de tout cela car j'ai, tout comme vous le pouvez, téléchargé l'ensemble de mes données

Fb

Mes premiers pas (et mes premiers amis) sur Facebook.

C'est Facebook, bien sûr, qui m'a rappelé la date de ce premier contact, comme il le fait pour les dates d'anniversaire et tant d'autres choses encore. Dix ans que je suis sur Facebook qui a lui même fêté, il y a trois ans, ses dix ans d'existence. "Sur" Facebook n'a d'ailleurs pas grand sens. Mieux vaut dire "dans" Facebook. Car on est "sur" le web comme on est "sur" une monture quelconque, monture que l'on domine et que l'on apprend à apprivoiser pour qu'elle nous mène essentiellement là où on l'aura choisi, mais l'on est, et l'on n'est bien que "dans" Facebook, architecture panoptique pensée comme englobante, dépassée par son propre destin, par sa propre ambition, par sa propre nature, et dans laquelle les promesses de proximités se sont depuis longtemps effacées devant les prémisses de promiscuités. 

Putain 10 ans.

Dix ans que cette dernière mais non-ultime mue des "réseaux sociaux" est apparue et s'est fait une place d'abord presqu'accidentelle puis aujourd'hui essentielle dans le paysage de nos habitudes et de nos réflexes connectés. 

Face à Facebook qu'importe notre posture, enthousiaste ou sceptique, force est de constater que quelque chose s'est joué pendant ces treize ans que nul ne soupçonnait, y compris moi quand il y a dix ans j'y postais mon premier message.

"Bon quelqu'un m'explique à quoi sert ce truc ?"

Quelque chose dont nous commençons à peine à percevoir les enjeux. 

Pour mesurer ce qui a vraiment changé, et surtout ce qu'il (Facebook) a vraiment changé, laissez-moi prendre trois exemples qui sont aussi trois blocs géo-politiques : les Etats-Unis, la Russie (et quelques autres régies autoritaires ou dictatures) et la France (et l'Europe). Car le changement qu'a généré Facebook est essentiellement un changement politique

#Lérézosocio aux USA : un droit constitutionnel sans les devoirs qui vont avec.

En treize ans Facebook est passé du statut de "site permettant de noter les jolies filles d'un campus américain" à "réseau social rassemblant près de 2 milliards d'utilisateurs" pour qu'enfin le droit de s'y connecter devienne inscrit … dans la constitution des USA.  

Et oui, aux Etats-Unis, l'accès aux réseaux sociaux est, depuis le 19 Juin 2017, devenu un droit constitutionnel, au titre donc, du droit à la liberté d'expression et à l'information (dans cet ordre là 🙂

L'histoire, racontée par Le Monde et par le New-York Times, de ce jugement rendu par la Cour Suprême, la plus haute instance juridictionnelle des Etats-Unis, est en elle-même particulièrement édifiante et n'est pas sans croiser, en miroir, les interrogations dont je vous faisais part dans l'analyse du cas Apple VS FBI et où il s'agissait de savoir si un terroriste était un client Apple comme les autres, et si une société commerciale pouvait décider seule de l'existence d'espaces imperquisitionnables dans une démocratie.

Ici donc il s'agit d'un type reconnu coupable de détournement de mineure quand il avait 21 ans et sa victime 8 de moins. Il plaide coupable et purge sa peine. Comme le prévoit la loi américaine, il restera inscrit à vie sur un fichier des délinquants sexuels. Nous sommes alors en 2002. Facebook n'existe pas. La suite est racontée par le journal Le Monde

"D’après une loi de 2008 applicable en Caroline du Nord, il lui est interdit, pour une durée de trente ans, de se connecter à tous les sites qui pourraient être utilisés par des enfants, réseaux sociaux inclus. Mais en 2010, Packingham s’inscrit sur Facebook, en utilisant un faux nom. Il poste alors un commentaire où il se réjouit de l’annulation d’une amende de stationnement. Commentaire qui sera repéré par un policier chargé de traquer en ligne les délinquants sexuels. Malgré l’absence de preuves de son implication dans un nouveau crime, les autorités placent l’homme en garde à vue, puis l’arrêtent pour fraude.

Packingham décide alors de faire appel et de poursuivre l’Etat, pour violation du premier amendement. Outre la liberté d’expression, le premier amendement protège en effet également l’accès à l’information. Durant les débats de mars dernier, les juges de la Cour suprême étaient tombés d’accord sur le fait que l’accès aux médias sociaux méritait une protection constitutionnelle. « Tout le monde est sur Twitter, déclare alors la juge Elena Sagan, citant en exemple le compte du président américain. Ces sites sont désormais implantés dans notre culture comme des moyens de communiquer et d’exercer nos droits constitutionnels. »

Pour le procureur général adjoint de Caroline du Nord, c’est pour protégrer les enfants des prédateurs que son Etat a mis en place cette loi. Arguant, statistiques à l’appui, que les réseaux sociaux étaient utilisés dans 82 % des crimes sexuels contre des enfants commis en ligne pour obtenir des informations sur leurs goûts et leurs habitudes. Mais pour les juges, une telle logique pourrait s’appliquer à n’importe quel secteur criminel : « Un voleur de banque peut aussi utiliser Internet pour localiser une banque, ou faire des recherches sur le personnel. Si un crime est commis avec l'aide d’Internet, la loi ne devrait-elle pas s’appliquer à tous ces criminels de manière identique et pas uniquement aux délinquants sexuels ? »

Lundi, la Cour suprême a donc statué que les Etats ne pouvaient légalement limiter l’accès aux réseaux sociaux, le cyberespace étant désormais « un espace majeur pour échanger des opinions »."

Par ce jugement, une plateforme commerciale privée (Facebook) est consacrée pour ce qu'elle est, à savoir une métonymie du "Cyberespace" ou "d'internet", la partie prise pour le tout. Mais par ce jugement, une plateforme commerciale privée est également consacrée pour ce qu'elle n'est pas, c'est à dire une sorte de "bien commun" dont la garantie offerte à chacun de pouvoir librement y accéder serait, paradoxalement, un moyen de garantir la liberté d'expression et le droit à l'information. Sans jugement ou regard juridique sur le fond de l'affaire, convenez qu'il est assez croquignolet que Facebook se trouve ainsi présenté comme un parangon du droit à l'information et un modèle de liberté d'expression … 

Au regard du droit américain Facebook hérite ainsi d'une double caractérisation profondément ambigüe : il est à la fois une plateforme privée et une garantie publique du droit à l'information et à la liberté d'expression. Quand en 2007 danah boyd insistait pour caractériser ces réseaux comme des espaces "semi-publics" elle était parfaitement visionnaire, mais probablement ignorait-elle à quel point !

De fait ce jugement (me) pose un problème. Un problème lié à la nature de Facebook qui n'est pas un espace public, pas davantage qu'il n'est "internet" ou "le cyberespace" autrement que métonymiquement et donc abusivement en droit. Naturellement je ne suis ni juge ni même juriste et je me garderai donc bien de formuler un avis argumenté sur la cas de Mr Packingham. D'autant qu'en l'espèce, le débat est rendu profondément polémique et complexe puisqu'il mobilise l'horizon sociétal et le tabou presqu'absolu de la pédophilie – tout comme l'affaire Apple VS FBI était rendue complexe par l'horizon sociétal du terrorisme.

Mais il n'en demeure pas moins que ce cas met en lumière le noeud gordien qui survient lorsque la garantie d'une liberté publique (droit à l'information et liberté d'expression) devient soumise, subordonnée ou conditionnée au droit de se connecter à … une plateforme commerciale privée que ni son omniprésence dans les usages, ni ses parts de marché ne suffisent ou ne permettent de caractériser, en droit, comme un bien et un lieu commun et donc, par extension, comme une liberté fondamentale. Sauf à considérer comme équivalents en termes de libertés publiques, le droit de se connecter à internet et celui de s'inscrire sur Facebook. Ce qui, de mon point de vue, est une erreur fondamentale. 

Cet entre-deux, cette indétermination, ce flou entretenu est tout sauf neutre ou anecdotique dans un pays qui, parallèlement à cela, envisage tout à fait sérieusement de demander aux immigrants leur passeport Facebook ou à tout le moins leurs identifiants sur "les réseaux sociaux" et plus globalement dans un monde où la question de la documentation et des individus "sans-documents" restera absolument centrale d'un point de vue politique. Or pour qu'une telle mesure puisse être considérée comme légitime, encore faut-il que l'on considère les espaces subordonnés à ces identifiants comme relevant de la sphère publique au même titre que les informations figurant sur un passeport ou une carte d'identité classique, question de cohérence. Cohérence qui vient donc d'être renforcée par la décision de la Cour Suprême.   

Aux Etats-Unis aujourd'hui, chaque part conquise de liberté d'expression est une promesse acquise de nouveaux contrôles remis entre les mains d'acteurs privés, légitimés en droit par un Etat qu'ils ont pourtant vocation à dépasser en s'en accaparant les missions sans en accepter les charges, la redevabilité ou même la loyauté.

Au-delà donc de la bonne nouvelle que constitue en apparence la constitutionnalité du droit d'accéder aux réseaux sociaux, c'est surtout une illustration de la mutation du web autour de plateformes que ni leur nature privée, ni leurs technologies privatives, ne semblent, pour le législateur, s'opposer à ce qu'elles soient considérées comme autant de garanties publiques d'un droit à l'information.

Ce qui a changé en 10 ans aux états-unis c'est peut-être d'abord cela. Ce changement de perspective dont le climax serait la probable future candidature de Mark Zuckerberg à la présidence des Etats-Unis.

#Lérézosocio en Russie (et dans quelques autres régimes autoritaires) : d'abord un auxiliaire de police.

Pendant ce temps en Russie, et puisqu'on parlait plus haut de passeport Facebook, il faudra aussi un passeport mais ce sera pour se connecter sur Pornhub. Ce passeport sera en fait un compte sur le réseau social VKontakte (le Facebook local en termes d'audience et de parts de marché). Or pour créer ce compte il faut lui associer un numéro de téléphone portable, lequel, en Russie toujours, est lui-même associé à votre passeport. En gros, les autorités russes verront donc sur votre passeport si vous vous connectez à Pornhub. Et il est donc conseillé d'éviter la catégorie "men with men" ou "women with women" … Dans la quasi-autocratie de la Russie d'aujourd'hui, un réseau social est avant tout un auxiliaire de contrôle et donc de police. Et ceci étant dit et assumé par le gouvernement Russe, celui-ci n'hésite pas à bloquer tout service refusant de lui fournir les données de ses utilisateurs ou les clés de chiffrement utiles pour y accéder et les rendre lisibles

Je ne vais pas me lancer ici dans une dissertation sur l'état des libertés publiques sur le web à l'échelle des dictatures ou des régimes autoritaires dans le monde, puisque d'autres le font déjà très bien, et régulièrement, et avec force matériaux cartographiques, et que le moins que l'on puisse dire est que cela est hélas très loin de s'améliorer … 

Mais donc rappeler que oui bien sûr, pour ce genre de régimes, un réseau social est avant tout un auxiliaire de contrôle et donc de police. Et que malheureusement le vote récent de la loi anti-terroriste en France interroge en profondeur l'équilibre déjà fragile qui prévalait jusqu'à lors entre liberté et sécurité. Mais nous y reviendrons plus tard. 

Rappeler aussi que pour ces régimes, en plus de se mettre en situation de contrôler directement ce qui se passe sur ces plateformes, il sera interdit également interdit d'utiliser des VPN, à compter du 1er novembre en Russie, et du 1er Février en Chine.

Business As Usual (Suspect)

Alors bien sûr me direz-vous, que des régimes autoritaires ou carrément dictatoriaux fassent acte de censure n'est ni une nouveauté ni une particularité du web qui en tant que "territoire" n'échappe hélas pas à cette activité de contrôle. Ce qui est nouveau en revanche c'est la manière dont l'essentiel des GAFA sont en train de prendre le pli et d'assumer préférer leurs intérêts commerciaux aux valeurs dont ils aiment de moins en moins à se réclamer en s'abritant derrière l'alibi commode d'une "privacy" affichée comme totale, proposée par défaut, et/mais en dehors de tout champ judiciaire démocratique.

Car souvenez-vous, il fut un temps (en gros autour des années 2000) où lorsque l'on allait s'implanter dans des dictatures en acceptant de collaborer avec elles pour payer le prix de cette implantation et que l'on était un acteur majeur de l'internet, on passait cela sous silence absolu. Et que lorsque l'info sortait, on était tout embêté.

Et puis, en gros vers 2005, on commença à nous expliquer que "bon finalement vous comprenez quand même ces pauvres chinois il vaut mieux qu'ils aient un moteur de recherche occidental même un peu beaucoup censuré par le gouvernement chinois plutôt que pas de moteur de recherche occidental du tout". Ben non. Soit c'est de la censure soit c'est de l'accès à l'information, mais cela ne peut pas être les deux à la fois. Ou alors c'est que c'est d'abord de la censure et que l'accès à l'information n'est qu'un prétexte pour l'accès à un (nouveau) marché.

Et puis aujourd'hui, dix ans plus tard, tranquillou, on a donc la géopolitique des grands magasin, des grands "Stores", avec Apple qui supprime carrément de son AppStore chinois l'accès à des logiciels permettant de contourner la censure (les fameux VPN) et plus près de nous le gentil Google qui, sur injonction du tribunal supérieur de justice de Catalogne, supprime également l'application "On Votar 1-Oct", mise en place par des indépendantistes catalans, qui aidait les personnes à trouver leur bureau de vote pour le référendum. 

Alors bien sûr l'Espagne n'est pas la Chine (quoique pour certains …) et supprimer définitivement à l'échelle d'un pays l'ensemble des applications génériques permettant d'utiliser des VPN n'est pas équivalent à la suppression sur injonction de la justice d'une seule application dans un contexte politique temporaire (en tout cas espérons-le). 

Ou alors peut-être que nous nous y sommes simplement habitués. Et que comme disait le grand Jacques, ça nous en touche une (au niveau du fonctionnement démocratique) sans nous faire bouger l'autre (au niveau des règles de déontologie internes à chaque plateforme).

Et que du coup, ce qui a changé c'est que désormais, pour les plateformes supposées garantes d'un droit à l'information ou se gargarisant de principes et de chartes éthiques, une dictature et un régime autoritaire sont avant tout des marchés. Des putains de marchés. Et que plus jamais aucune plateforme ne pourra expliquer qu'elle ne fait pas de politique. Plus jamais. En dictature comme en démocratie. Plus jamais.    

Lérézosocio en France (en en Europe)

Et en France, pendant ce temps ? En France pendant ce temps on continue de batailler autour du délit de consultation habituelle (sic) de sites terroristes, et là encore, c'est comme pour la Cour Suprême aux Etats-Unis, une question (prioritaire) de constitutionnalité qui est posée. En France pendant ce temps c'est l'état d'urgence qui devient transposable (pour certaines mesures) dans le droit commun. Et comme je le rappelais plus haut, des débats que l'on croyait jusqu'ici réservés à des régimes autoritaires qui font la une des journaux de notre bel hexagone sous surveillance : et que tantôt la momie cacochyme qui fait fonction de Ministre de l'intérieur nous annonce qu'on devra obligatoirement fournir ses identifiants et ses mots de passe mais que ça ne servira pas à surveiller nos conversations, pour finalement dire que "ah ben non pas les mots de passe", et puis "pas les identifiants non plus" ; pendant ce temps en France donc et depuis ce funeste 11 octobre 2017, nous sommes intranquillement passé d'un état de droit à un état de surveillance

Et au niveau Européen, il faut un doctorat en droit des sociétés et quelques autres domaines connexes pour arriver à déterminer ce qui, entre les promesses du RGPD sur la protection des données à l'échelle européenne et les angoisses du règlement e-privacy au sujet de ces mêmes données relève plutôt d'un nouvel espoir ou plutôt d'une nouvelle menace fantôme sur nos libertés. Sachant qu'en gros comme me l'expliquait gentiment Julien Breitfeld sur Twitter

"la présente proposition (règlement e-privacy) constitue une lex specialis par rapport au RGPD, qu'elle précisera et complètera …"

Donc en termes plus direct : une tentative de lobbyistes pour patcher tout ce qui leur déplaît dans le RGPD (là c'est Laurent Chemla qui m'explique). 

Ce qui se dessine ici au-delà de ces faits d'actualité, ce sont trois rapports différents à la donnée et aux plateformes.

Les régimes autoritaires et autocratiques (et a fortiori tous les totalitarismes) ont naturellement le contrôle préalable comme seul discours de la méthode. Cela n'est certes pas nouveau. Et les intermédiaires supportent l'essentiel du poids de la traque et de la répression. Mais ce qui est nouveau c'est que ces intermédiaires ne sont plus des services d'état (police, justice …) mais des plateformes privées au service d'actionnaires, et, peut-être avant tout autre chose, de la loi du marché. Ce sont ces nouveaux intermédiaires, les "plateformes", qui sont bien plus que de simples intermédiaires techniques, mais qui restent tout de même essentiellement porteurs de logiques d'intermédiation et constituent aujourd'hui l'une des conditions essentielles de la mise en place d'une politique répressive ou de politiques de surveillance de masse. Et qui l'acceptent pour conquérir ou conserver des marchés. Cela me semble nouveau ou en tout état de cause parfaitement inédit à cette échelle, confirmant l'intuition d'Assange lorsqu'il expliquait que Facebook n'était rien d'autre "qu'une version post-moderne de la Stasi". Qué lo apelorio "Vkontakte". Gouverner c'est surveiller et punir. Surveiller pour mieux punir.

A l'échelle de la France et de l'Europe, les maigres avancées du côté des libertés individuelles (RGPD) que l'on tente d'imposer (ou d'afficher ?) à l'échelle du droit commercial sont hélas contrebalancées par les gigantesques reculades du droit commun sur les mêmes libertés individuelles. La question des données n'est déjà plus une question commerciale, elle est avant tout une question politique. La bonne nouvelle c'est que le politique est en situation de prendre la main sur le marché et sur l'économie. La mauvaise nouvelle c'est qu'il n'en a pas envie ou qu'en tout cas par-delà quelques opérations d'Open Data Washing, il met en oeuvre les conditions politiques dans lesquelles l'accession au pouvoir d'un parti extrémiste pourrait immédiatement et légalement nous faire basculer dans un régime autoritaire. Il paraît que gouverner c'est prévoir. Mais là à part prévoir de surveiller davantage, on ne voit pas bien ce qui est prévu …

Et à l'échelle de la mère patrie idéologique du libertarianisme et de la totale liberté d'expression garantie par le 1er amendement de la constitution, le rapport aux plateformes et aux données est également en train de changer. Historiquement les Etats-Unis sont, au regard des choix de plateformes privées, les moins "interventionnistes", et ils le demeurent aujourd'hui. Mais ce qui change c'est que ce sont lesdites plateformes privées qui, pouvant difficilement nier le rôle qu'elles jouent désormais dans le jeu politique (et dans l'altération possible de ses règles) se mettent en situation de devoir justifier, aux yeux d'autorités politiques, morales ou religieuses, les choix qu'elles font. D'où probablement l'appétence de certains de leurs dirigeants pour une carrière … politique

Car la position de Facebook et de Zuckerberg aux USA devient de plus en plus intenable, entre Trump, les Fake News, les publicités et l'ingérence Russe dans les élections, la firme est d'ores et déjà au pied du mur de sa réputation. Et les GAFA sont des colosses dont le pied d'argile est fait de l'image qu'ils renvoient dans l'opinion. Or Facebook est exactement dans la même position que Google à l'orée des années 2010 c'est à dire au moment où il devint évident que cette firme avait des intentions autres que simplement commerciales et qu'elles n'étaient pas toute nécessairement bonnes ni même légitimes ; ou qu'il était en tout cas devenu légitime de questionner ces intentions.

Alors Facebook allume des contrefeux sur différents fronts : en interne il forme ses employés à la "neutralité politique", à l'externe il envoie au charbon son chef de la sécurité qui nous explique qu'il en a marre de cet "algorithme bashing" et que bien sûr les algorithmes ne sont pas neutres et que tout le monde (chez Facebook) le sait et que bien sûr ils agissent – chez Facebook toujours – en adultes responsables. Et tout en haut, Mark avance ses pions pour une plus que jamais probable prochaine campagne présidentielle dans laquelle il est, pour l'instant, son principal ennemi : il est impératif s'il veut pouvoir aller au bout d'une investiture quelconque, que les débats autour du rôle et de la neutralité de Facebook en tant que média soient réglés. Et pour rebondir sur une très récente actualité qui agite tout le landerneau de la publicité et des marques, il est à mon avis plus que probable que les tests en cours pour dissocier le Newsfeed entre d'un côté les publication de "nos amis" et, de l'autre et dans un onglet à part, celles des "pages et des marques", il est probable que cela vise, en premier lieu, à solder les polémiques sur les possibles stratégies d'influence orchestrées par Facebook et / ou par le biais (au double sens du terme) de sa régie publicitaire. 

On résume ?

Les plateformes n'ont plus aucun scrupule à céder aux pressions politiques d'où qu'elles viennent et y compris lorsque des régimes autoritaires leurs demandent une censure explicite, à partir du moment où leur extension commerciale passe par la conquête de nouveaux marchés … qui ne se trouvent désormais que du côté des régimes politiques autoritaires ou dictatoriaux (l'essentiel des démocraties étant déjà sur Google et Facebook pour le dire plus simplement). Et ça ce n'était pas le cas il y a 10 ans. 

En résumé toujours, en Europe et en France, le débat sur la collecte, la gestion et l'utilisation transparente et consentie de nos données personnelles fait une entrée fracassante en politique dans un contexte et au prétexte d'une surveillance généralisée dans un climat certes anxiogène mais qui ne peut être l'excuse suffisante aux réductions constatées d'un certain nombre de libertés publiques. Là encore pour le dire très simplement, le principal risque n'est plus du côté du marché mais du côté politique. Et ça c'est nouveau et c'était l'inverse il y a dix ans. 

En résumé enfin, le plus simple pour les "plateformes" afin de se sortir de la situation inextricable dans laquelle elles se trouvent, au regard de l'impossibilité de rendre simultanément des comptes aux démocraties et aux dictatures, au marché et à la loi, le plus simple est de faire de la politique. 

Bon quelqu'un m'explique à quoi sert ce truc ?

C'était le statut que je postais sur Facebook le 3 septembre 2007. Dix ans plus tard, en Octobre 2017, je cherche toujours à comprendre. Et mes certitudes sont aussi peu nombreuses que profondément ancrées.

D'abord il y a celle que veut que la question que posent ces écosystèmes ou ces biotopes numériques soit avant tout une question politique. Et que l'attitude de l'essentiel de la classe politique qui consiste à feindre de le découvrir aujourd'hui à la lumière de l'actualité sur le terrorisme ou les discours de haine, cette attitude est pathétique, pitoyable et inopérante en laissant, in fine, le vrai champ de la décision politique aux plateformes elles-mêmes.

Mon autre certitude c'est que durant les 10 ans que j'ai passé sur Facebook (et vous aussi :-), ce qui a changé, ce qui a et qui aura encore des implications fortes sur notre manière de faire société, sur les lois et le projet politique qui encadrent et conditionnent ce "faire société", ce qui a changé c'est tout simplement la définition de ce qui est public et de ce qui est commun. Et c'est d'abord peut-être à cela qu'aura finalement servi ce truc. A changer profondément et définitivement notre perception de ce qui est public et de ce qui est commun.

L'avenir de nos sociétés démocratiques pour le siècle qui vient va se déterminer pour l'essentiel autour des arbitrages politiques qui, à leur tour, détermineront l'avenir de services publics traditionnellement régaliens et qui fabriquent, construisent et garantissent un devenir commun : transport, éducation, santé, justice, mais aussi accès à l'emploi et j'en passe.

Conditions Constitution Générale d'Utilisation.

Or le scénario aujourd'hui le plus probable est – hélas à mon goût – celui qui fait écho à la décision de constitutionnalité rendue par la Cour Suprême aux Etats-Unis : un scénario dans lequel des plateformes privées deviendront seules garantes de droits d'accès à des services publics ; un scénario où les garanties de libertés publiques se trouveront soumises, subordonnées ou conditionnées au droit de se connecter à des plateformes commerciales privées qui hériteront ainsi de délégations de services publics parfaitement inédites à cette échelle, sans jamais avoir l'envie d'en assurer ou d'en assumer les responsabilités qui vont avec, puisqu'elles ne seront redevables que devant le marché ou leurs actionnaires, et que leur conception de la vie privée est essentiellement de constituer des espaces imperquisitionnables y compris pour toute procédure judiciaire ordonnée dans un état de droit.

Or il ne peut y avoir de démocratie, il ne peut y avoir de ré-publique, de chose publique, sans espace de délibération publique, sans espace de rendu public.

La constitutionnalité du droit d'accès aux réseaux sociaux est une chose. Les exigences de l'Europe pour que Google, Facebook et Twitter se conforment au droit communautaire en modifiant leurs Conditions Générales d'Utilisation en sont une autre. De l'opposition de ces deux forces antagonistes nous risquons de voir émerger une forme inédite et trouble de Constitution Générale d'Utilisation dans laquelle le "commun" dans sa forme dévoyée de communautarisme ne sera qu'un prétexte commode à la disparition orchestrée, délibérée et sans commune mesure des conditions d'existence de toute forme de politique publique.

Ce jour là, Mark Zuckerberg n'aura même plus besoin d'être élu président des Etats-Unis, il aura déjà accompli sa mission. Il aura imposé une forme de constitution dans laquelle en dépit des apparences, nous n'aurons rien décidé (statuo) en commun (cum). 

"At Home". Really ?

Il y a dix ans sur Facebook je disais à mes amis que j'étais "At Home". Et déjà je me trompais. Déjà j'étais dans tout autre chose que dans une forme de "chez moi". J'étais sur la plateforme de quelqu'un d'autre. Il y a 10 ans j'avais accepté de signer, sans les lire, des Conditions Générales d'Utilisation. Dix ans plus tard j'observe cette nouvelle forme de fabrique du consentement qu'est le projet politique d'une forme inédite de Constitution Générale d'Utilisation dans laquelle la figure du client ou de l'usager s'est substituée à celle du citoyen et où le paradigme marchand d'une protection totale de nos vies privées individuelles s'est négocié au prix d'une surveillance collective permanente de nos comportements dans la sphère publique avec l'aval du politique. 

En 1996, huit ans avant la naissance de Facebook, lors de l'un des premiers colloques consacrés au Web, un théoricien de l'hypermédia, Mark Bernstein, posait la question suivante :

"It takes a heap of living to make a house a home. How much time is needed to make a space a place ?"

La prodigieuse réussite de Facebook tient pour l'essentiel a sa capacité à nous faire croire en un temps record que nous sommes "at home" plutôt que dans une simple et quelconque "maison" ("House"). L'enjeu d'aujourd'hui est de savoir s'il parviendra, et à quel prix, à entretenir l'illusion selon laquelle l'espace et les politiques publiques sont solubles dans ce jardin privé et les services qu'il contrôle et organise dans une logique dont il n'est pas infondé de croire qu'elle repose principalement sur une recherche de profits toujours plus grands. C'est en fait avant tout à cela, que sert ce truc. 

5 commentaires pour “J’ai passé 10 ans dans Facebook. Ses conditions (générales d’utilisation) sont devenues constitution(elles).

  1. Bravo pour cette brillante analyse. Je m’étonne du peu de commentaire… sûrement trop longue pour être lue puisque nous avons été massivement déshabitués à prendre le temps de réfléchir – notamment par ses plateformes qui brillent et clignotent pour garder l’attention autant qu’elle l’empêche de se fixer. Des jours meilleurs viendront… merci d’en éclairer le chemin par votre travail.

  2. Bravo pour cette brillante analyse. Je m’étonne du peu de commentaires… sûrement trop longue pour être lue puisque nous avons été massivement déshabitués à prendre le temps de réfléchir – notamment par ces plateformes qui brillent et clignotent pour garder l’attention autant qu’elles l’empêchent de se fixer. Des jours meilleurs viendront… merci d’en éclairer le chemin par votre travail.

  3. En effet, passionnant et ceci devrait être partagé très largement, y compris sur Facebook ! Même sans être d’accord avec tous les propos, cette analyse est brillante et pose les bonnes questions, qu’il nous serait nécessaire d’adresser, y compris avec les plus jeunes qui ont toujours connu cette vision de partage auprès d’opérateurs privés, qui sans nul doute, en savent beaucoup plus sur nous que les services nationaux en charge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut